Thèse soutenue

Ressources animales et alimentation carnée à l’Âge du Fer  : le cas du nord-ouest de la France (Bretagne et Basse-Normandie)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Anna Baudry
Direction : Marie-Yvane DaireSébastien Lepetz
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Archéologie et archéométrie
Date : Soutenance en 2012
Etablissement(s) : Rennes 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de la matière (Rennes ; 1996-2016)
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université européenne de Bretagne (2007-2016)

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail de recherche est consacré à l'étude des ressources animales et à la place de l'alimentation carnée dans les cultures protohistoriques d'Europe extrême occidentale. L'étude se fonde sur l’analyse de plus de 45 000 ossements d’animaux issus de 19 sites archéologiques du nord-ouest de la France, localisés dans les actuelles régions de Bretagne et de Basse-Normandie. Les ensembles fauniques étudiés, datés du premier et du second Âge du Fer proviennent de contextes d’habitats variés (ruraux, fortifiés de hauteur et littoraux). Leur analyse archéozoologique permet d’aborder les questions d’acquisition, de gestion et de consommation des ressources animales au sein de populations dont les territoires sont largement ouverts sur le littoral Manche-Atlantique. Il s’agit d’analyser les pratiques pastorales, les habitudes alimentaires voire de dessiner des circuits d'échanges entre groupes humains. Si les principaux taxons domestiques (bœuf, caprinés, porc) dominent les ensembles, des spécificités locales se dessinent. Elles sont perceptibles dans plusieurs domaines : stature des animaux, choix et modalités de gestion des cheptels ou encore contribution des ressources naturelles disponibles à l’alimentation. L'évolution chronologique des pratiques et leurs variations régionales témoignent d'un rapport constant entre les choix socio-économiques, la gestion de l’espace et l'exploitation d'un environnement naturel diversifié. La mise en perspective des résultats, dans un cadre géographique élargi, permet de souligner différences et similitudes de pratiques entre ces groupes humains des territoires occidentaux et ceux d'autres régions de la Gaule pré-romaine et de l'Europe.