Thèse soutenue

La politisation de la grande vitesse espagnole (1986-2011) : construction d’un mythe, production d’un consensus, émergence d’une controverse

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Ander Audikana
Direction : Alain Faure
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sociologie
Date : Soutenance le 09/07/2012
Etablissement(s) : Paris Est
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Ville, Transports et Territoires (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne ; 2010-2015)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire Ville, mobilité, transport (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne)
Jury : Président / Présidente : Olivier Coutard
Examinateurs / Examinatrices : Alain Faure, Marianne Ollivier-Trigalo
Rapporteurs / Rapporteuses : Andy Smith, Luigi Bobbio

Résumé

FR  |  
EN

En décembre 2010, l'Espagne est devenue le pays avec le réseau à grande vitesse (GV) le plus étendu en Europe. Et au cours des années suivantes, les réalisations en cours augurent une mise en service progressive de nouvelles lignes. La question qui se pose est donc de savoir comment cette situation a été atteinte. Nous faisons l'hypothèse selon laquelle l'évolution de la GV espagnole est la conséquence directe de la façon dont cette politique publique a existé au niveau politique. En nous intéressant aux dynamiques de politisation d'une politique publique et en mobilisant deux traditions sociologiques différentes (la sociologie des champs et la sociologie des régimes d'énonciations), nous analysons la façon dont la GV est présente dans les différents lieux du politique (arènes) et est énoncée politiquement. L'analyse de ces dynamiques de politisation a été effectuée en trois temps. La première partie de notre recherche montre la façon dont le mythe politique de la GV s'est construit en Espagne à partir de la fin des années 1980 à la suite de la réalisation du premier projet de ligne à GV entre Madrid et Séville. Dans une deuxième partie, nous identifions trois cycles de politique publique au cours des années 1990 et 2000 qui ont abouti, à travers la production d'un consensus politique, à un fort développement de la GV. La dernière partie de notre thèse s'intéresse à l'émergence d'une controverse autour de la GV à travers le renforcement des forums de politiques publiques alternatifs et le déclenchement d'une dynamique de politisation divergente