Thèse soutenue

Risques professionnels dans l'asthme

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Orianne Dumas Milne Edwards
Direction : Francine KauffmannNicole Lincot le Moual
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Santé Publique - Epidémiologie
Date : Soutenance le 05/12/2012
Etablissement(s) : Paris 11
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Santé publique (Paris ; 2000-2015)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (Villejuif, Val-de-Marne ; 2010-....) - Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations
Jury : Président / Présidente : Denis Hémon
Examinateurs / Examinatrices : Francine Kauffmann, Nicole Lincot le Moual, Denis Hémon, Neil Pearce, Frédéric de Blay, Jacques Ameille, Ellen Imbernon
Rapporteurs / Rapporteuses : Neil Pearce, Frédéric de Blay

Résumé

FR  |  
EN

L’importance des facteurs de risque professionnels dans l’asthme est bien établie, mais le rôle de certains agents doit être clarifié. Les objectifs de la thèse sont d’évaluer les liens entre les expositions aux produits de nettoyage et l’asthme, et d’étudier l’impact et la prise en compte du biais du travailleur sain, dans l’étude Epidémiologique des facteurs Génétiques et Environnementaux de l’Asthme (EGEA, 2047 sujets dont 1477 adultes avec des données professionnelles). L’exposition aux produits de nettoyage a été estimée par une expertise et une matrice emploi-exposition. Chez les femmes, l’asthme actuel était associé à l’exposition aux détartrants (OR=2.4 (1.1-5.3)), et aux sprays (2.9 (1.0-8.1)) et à l’ammoniac (3.1 (1.2-7.8)) chez les aides-soignantes. Les détartrants et l’ammoniac sont des irritants. L’exposition aux produits de nettoyage était associée à l’asthme sévère et sans sensibilisation allergique. Deux analyses ont souligné l’importance du biais du travailleur sain dans l’asthme. Un biais de sélection à l’embauche a été observé chez des sujets avec un asthme sévère dans l’enfance. Un modèle marginal structural a permis de prendre en compte le biais du travailleur sain dans l’étude de l’effet des expositions professionnelles sur l’expression clinique de l’asthme au cours de la vie. En plus du rôle d’asthmogènes connus, le rôle d’agents moins bien établis, comprenant des irritants (1.6 (1.0-2.4)) était suggéré. Les résultats sont cohérents avec un rôle des irritants dans l’asthme lié au travail. Ils soutiennent une utilisation plus large d’approches d’analyse causale pour contrôler le biais du travailleur sain dans les études des risques professionnels.