Thèse soutenue

Prosodie et contact de langues : le cas du système tonal du français centrafricain

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Guri Bordal Steien
Direction : Chantal LycheAnne Lacheret-Dujour
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences du langage
Date : Soutenance le 16/11/2012
Etablissement(s) : Paris 10 en cotutelle avec Universitetet i Oslo
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Connaissance, langage, modélisation (Nanterre)
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Chantal Lyche, Anne Lacheret-Dujour, John A Goldsmith, Annie Rialland, Atle Grønn
Rapporteurs / Rapporteuses : John A Goldsmith, Annie Rialland, Atle Grønn

Résumé

FR  |  
EN

L’objectif de cette étude est d’apporter une contribution aux recherches portant sur les effets prosodiques du contact de langues à travers l’étude du système prosodique du français centrafricain, une variété de français ayant émergé suite au contact avec une langue africaine à densité tonale maximale, le sango. La République centrafricaine est un pays extrêmement multilingue. Entre 60 et 100 langues y sont parlées, outre les deux langues officielles que constituent le sango – lingua franca, et le français – langue principale de l’enseignement et de l’administration publique. Dans la capitale, Bangui, le sango est la langue parlée d’ordinaire dans la vie quotidienne, tandis que le français s’utilise essentiellement dans des contextes professionnels. Cette étude se base sur des enregistrements de parole spontanée de 12 locuteurs francophones de Bangui. Des analyses acoustiques montrent que l’intonation du français centrafricain partage des caractéristiques communes avec le sango. La majorité de mots ont des patrons tonals qui restent inchangés quel que soit leur place dans l’énoncé, et chaque syllabe porte un ton. Le système se distingue ainsi considérablement du système intonatif du français européen où la courbe mélodique est contrainte au niveau post-lexical et dépend entre autres de facteurs rythmiques, syntaxiques et pragmatiques. La conclusion principale de cette étude est que le français centrafricain se classifie d’un point de vue typologique comme une langue à tons lexicaux. Il ressort que le système prosodique du français centrafricain est plus proche de celui du sango et que de celui du français européen. Les faits mis au jour dans cette thèse montrent que la prosodie peut changer de façon fondamentale dans une situation de contact de langue.