Thèse soutenue

FR
Auteur / Autrice : Matthieu Leray
Direction : Suzanne C. Mills
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biodiversité. Ecologie. Environement
Date : Soutenance en 2012
Etablissement(s) : Paris 6

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Comprendre le rôle des interactions entre espèces est devenu essentiel pour pouvoir prédire les conséquences des activités humaines sur la biodiversité. En particulier, les réseaux d’interactions qui comprennent des espèces importantes d’un point de vue écologique telles que les espèces fondatrices jouent un rôle primordial pour le fonctionnement des écosystèmes. Les communautés associes aux récifs coralliens forment par exemple des réseaux d’interactions complexes qui peuvent affecter les performances et la démographie des coraux. J’ai étudié les processus qui régulent la structure des communautés de décapodes qui vivent entre les branches des coraux du genre Pocillopora à Moorea en Polynésie Française. J’ai tout d’abord réalisé des comptages de décapodes pour comprendre le rôle de la spécialisation à l’habitat sur la structure des communautés de décapodes en réponse à une explosion démographique d’une l’étoile de mer corallivore. J’ai ensuite développé des outils permettant de séquencer le gène mitochondrial Cytochrome c. Oxidase subunit I (COI) pour l’analyse des contenus stomacaux afin de pouvoir caractériser les interactions trophiques. J’ai décrit la composition des proies consommées par trois espèces de poissons prédateurs associés à Pocillopora pour montrer que leur régime alimentaire comprend peu de décapodes symbiontes. Enfin, j’ai utilise une approche expérimentale pour tester l’effet des prédateurs sur la structure des communautés de décapodes. Je montre que la densité et l’identité des prédateurs modifient la composition des communautés et que l’interférence entre prédateurs réduit les risques encourus par leurs proies. De manière générale, les résultats de ces recherches mettent en évidence que des mécanismes limitant l’effet des prédateurs sur les symbiontes (tels que des adaptations morphologiques ou comportementales) pourraient avoir des conséquences sur la dynamique des coraux et la biodiversité qu’ils supportent.