Thèse soutenue

Rôle du récepteur CX3CR1 dans la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Charles Feumi-Jantou
Direction : Jean-Claude Jeanny
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Immunologie
Date : Soutenance le 21/11/2012
Etablissement(s) : Paris 5
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Génétique, cellulaire, immunologie, infectiologie et développement (Paris ; ....-2013)
Jury : Président / Présidente : Francine Béhar-Cohen
Examinateurs / Examinatrices : Jean-Claude Jeanny, Francine Béhar-Cohen, Michel Paques, Ramin Tadayoni, Dominique Monnet, Marie-Noëlle Delyfer
Rapporteurs / Rapporteuses : Michel Paques, Ramin Tadayoni

Mots clés

FR

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

La DMLA est parmi les pathologies du vieillissement oculaire qui posent un réel problème de santé publique.Elle affecte plus de 50% de la population de plus de 80 ans. On distingue un stade asymptomatique marqué par laprésence de tâches blanchâtres, les Drusen et un stade symptomatique compliqué par une baisse de la vision liée soit àun phénomène de néovascularisation choroïdienne maculaire dite DMLA exsudative soit à une dégénérescence desphotorécepteurs s’accompagnant d’une atrophie du tissu choroïdien et rétinien dite DMLA atrophique. Les moyensthérapeutiques sont limités aux complications en rapport avec la néovascularisation. La physiopathogénie de cetteaffection est encore mal connue. Parmi les facteurs de risque, on connaît l’âge, le tabac, les facteurs nutritionnels et desfacteurs génétiques. Les chimiokines, cytokines chimio-attractantes recrutant des sous-populations leucocytaires de lacirculation générale vers les sites inflammatoires sont impliquées dans la physiopathogénie de la DMLA. La mutationde CX3CR1, récepteur de la chimiokine fractalkine est associée à une augmentation du risque de DMLA. Notre travail aété d’étudier le rôle du récepteur de la fractalkine, CX3CR1 dans la DMLA. Nous avons observé une augmentation del’incidence de la DMLA en cas d’homozygotie pour l’allèle M280 du récepteur CX3CR1 chez l’homme. Au niveautissulaire, notre étude a mis en évidence l’expression du récepteur CX3CR1 par les cellules microgliales rétinienneschez l’homme comme chez la souris. Nous avons constaté chez l’homme que les cellules microgliales migraient versl’espace sous rétinien et s’accumulaient au site de la dégénérescence rétinienne et de la néovascularisation choroïdienneDans le modèle de souris CX3CR1-/-, les cellules microgliales s’accumulent dans l’espace sous rétinien sous différentesconditions comme la sénescence, la photocoagulation rétinienne au laser Argon et l’illumination rétinienne (sourisCX3CR1-/- albinos). L’accumulation sous rétinienne des cellules microgliales avec l’âge prend l’aspect des Drusen aufond d’oeil chez les souris et cette accumulation CX3CR1-dépendante exacerbe la néovascularisation choroïdienneinduite expérimentalement. Il s’agit de signes cardinaux observés au cours de la DMLA à travers de nouveauxmécanismes physiopathogéniques. De nouvelles pistes thérapeutiques vont être susceptibles d’émerger à partir de cesnouvelles cibles potentielles