Thèse soutenue

Les sculptures Pucara, Andes centrales, 500 av. J.-C./300 ap. J.-C. : archéologie comparative d'une dynamique culturelle de l'Altiplano

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : François Cuynet
Direction : Daniel Lévine
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Archéologie des mondes préhispaniques
Date : Soutenance le 05/12/2012
Etablissement(s) : Paris 4
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Centre de recherche sur l’Amérique préhispanique (Paris)
Jury : Président / Présidente : Christian Duverger
Examinateurs / Examinatrices : Daniel Lévine, Marie-Danielle Demélas, Markus Reindel

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail propose une approche novatrice de l’étude des sculptures préhispaniques de l’Altiplano. En nous concentrant sur les pièces de la culture Pucara, c’est toute la vision du monde andin que nous revisitons. Après avoir énuméré les travaux antérieurs et les lacunes qui perdurent, nous procédons à une redéfinition complète du phénomène Pucara. Pour cela, nous utilisons la grande quantité de pièces inédites que nous avons pu inventorier au cours de nos voyages de recherche dans la région. De même, nous réalisons une étude comparative plus globale comprenant l’ensemble des styles affiliés Yaya-Mama, Tiahuanaco ou encore Khonkho Wankane. De la sorte, c’est tout le panorama culturel de cette région des Andes que nous revisitons. Il en découle une description précise des critères d’attributions stylistiques propres à chaque culture, ainsi que l’élaboration de normes de création strictes. Mais dans le même temps, nous mettons en évidence la continuité culturelle qui existe entre les différents phénomènes. Nous aboutissons à une chronologie relative des sculptures Pucara et de l’ensemble du bassin du lac Titicaca, tout en démontrant l’existence de phases de transition. Ces éléments rompent radicalement avec la théorie en place énonçant une disparition soudaine de la culture Pucara. Fort de cette nouvelle vision, nous proposons une lecture symbolique de l’iconographie présente sur ces vestiges. Par cette analyse en profondeur, nous extirpons le phénomène Pucara de son isolement. En fin de compte, nous illustrons comment les sculptures Pucara expriment une tradition pan-andine tout en conservant une forte identité régionale.