Thèse soutenue

Architecture, globalisation, métropolisation : le processus de globalisation à travers le paysage architectural : lectures croisées de Barcelone, Berlin et Rome

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Cécile Renard
Direction : Maria Gravari-Barbas
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géographie
Date : Soutenance en 2012
Etablissement(s) : Paris 1

Résumé

FR

Depuis la fin du XXe siècle, la production architecturale, entre signe et fonction, constitue une ressource privilégiée pour les acteurs locaux, tant publics que privés, en quête d'image pour la promotion de leurs territoires. Le constat d'une instrumentation de l'architecture «signée» et légitimée à l'échelle internationale marque l'entrée de l'architecture dans l'économie compétitive et le système global. L'approche de la globalisation à travers la conception architecturale et urbaine semble trouver ses limites dans une lecture résultative mais elle paraît pertinente si on l'analyse en tant que processus. Nous faisons l'hypothèse de vecteurs de «worlding » (processus), qui permettent de propulser les territoires sur l'archipel mondial. Au premier plan de ces vecteurs l'architecture se présente comme un des fondements des trajectoires globales. Plus spécifiquement, dans le cas de villes européennes fortement patrimonialisées telles que Barcelone, Berlin et Rome, nous observons le rapport dialogique entre patrimoine et création contemporaine produisant de la valeur et renforçant le « capital symbolique », L'architecture comme vecteur de worlding européen est interrogée à travers les stratégies d'acteurs et au regard des ambitions métropolitaines particulières mises en tension avec le cadre patrimonial. De plus, l'approche doit être confrontée, d'une part, aux lectures qui opposent local et global, ou site et archipel mondial, et, d'autre part, à celles qui font l'analyse d'un syncrétisme des deux échelles.