Thèse soutenue

L'essence de l'homme dans l' "Éthique à Nicomaque" d'Aristote : une interprétation à travers Heidegger

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Yi Zeng
Direction : Annick Jaulin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie antique
Date : Soutenance en 2012
Etablissement(s) : Paris 1

Résumé

FR

Dans cette thèse, nous développons notre lecture d'Aristote à travers l'interprétation heideggérienne, selon nous, le bien dans chaque domaine révèle la structure de l'unité de ce domaine: le bien au niveau éthique consiste dans une structure intentionnelle où se trouve l'union du désir et de la raison (en revanche, la divergence entre les deux causerait l'action mauvaise); le bien au niveau physique consiste dans la structure d'information où se trouve l'union de la forme et de la matière (en revanche, la divergence entre les deux causerait la corruption) ; or dans les traités métaphysiques, Aristote explicite que la manifestation supérieure du bien consiste dans le dieu, qui montre la convergence parfaite de l'intellect et de l'intelligible, du sujet et de l'objet. Cette convergence implique la raréfaction des principes par laquelle nous articulons l'un aux autres les domaines différents sous la perspective du bien. D'ailleurs, elle expliquerait la hiérarchie des biens divers dans un domaine donné. Au bout du compte, nous reprenons le texte liminaire de l'Éthique à Nicomaque et développons à nouveau les termes cruciaux de la pensée d'Aristote en en suivant la logique interne. De la sorte, nous circonscrivons à nouveau le domaine propre à la vie humaine et exposons deux critères fondamentaux des choses humaines le critère noétique et le critère autotélique. Au lieu du terme « essence », les deux critères fourniraient une perspective plus appropriée pour comprendre la constance de l'être de l'homme, de la vie humaine.