Thèse soutenue

De la chute : mise en oeuvre et mise en scène dans le processus sculptural

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Édouard Rolland
Direction : Bernard Guelton
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Arts et sciences de l'art
Date : Soutenance en 2012
Etablissement(s) : Paris 1
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : École doctorale Arts plastiques, esthétique et sciences de l'art (Paris ; 1998-....)
Jury : Président / Présidente : Miguel Egaña
Examinateurs / Examinatrices : Nella Arambasin
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-Pierre Mourey, Jean-François Robic

Résumé

FR

En réponse à ma pratique artistique personnelle, cette thèse propose d'étudier les enjeux de la chute, à la fois mise en œuvre et mise en scène dans le processus sculptural. Il s 'agit dans cette recherche de spéculer sur les pertes et gains d'un tel processus créatif au cœur de mes installations, et d'analyser les portées théoriques et plastiques de la chute en tant que sujet (thème). La première partie de cette recherche propose l'étude de la mise en œuvre de la chute comme mode opératoire. Nous y exposons les modalités, contraintes et bénéfices d'un tel procédé résultant d'un laisser tomber, oscillant notamment entre maîtrise (choix) et surprise (hasard programmé). La seconde partie témoigne de cette mise en œuvre, en analysant les portées de la « destruction constructive », puisque mes installations se manifestent paradoxalement en se détruisant après leur chute. Nous analysons dans une troisième partie les enjeux à la fois plastiques et théoriques de la chute en tant que mise en scène dans le champ de l'art, et précisément au cœur de ma démarche plastique. A défaut d'être performatifs, mes travaux dont la photographie est le témoin mettent en corrélation représentation de la chute (figuration, simulation) et présentation d'objets qui sont tombés. Nous achevons notre recherche en questionnant les portées notamment émotionnelles des agents de la chute (victimes ou spectateurs), c'est-à-dire leur réceptivité entre rires et larmes face à la chute.