Thèse soutenue

L'hybridation dans l'oeuvre de Jeannette Winterson

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Lupka Mihajlovska
Direction : Thomas Pughe
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Langues et Littératures Etrangères
Date : Soutenance le 16/11/2012
Etablissement(s) : Orléans
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Orléans)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Réceptions et médiations de littératures et de cultures étrangères et comparées (Orléans ; 2012-....)
Jury : Président / Présidente : Camille Fort-Cantoni
Examinateurs / Examinatrices : Camille Fort-Cantoni, Jean-Michel Ganteau, Cécile Girardin, Christine Reynier
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-Michel Ganteau

Résumé

FR  |  
EN

Nous définissons l’hybridation littéraire comme la combinaison d’éléments a priori disparates aboutissant à la création d’un ensemble à la fois un et multiple, qui garde les traces de ses parties constitutives tout en étant autre, différent, nouveau. L’hybride englobe les sphères de représentation de ses éléments-parents tout en les dépassant. Par conséquent, l’hybridation tend vers l’extension de toutes les frontières, littéraires et culturelles, dans le but de nous offrir une vision du monde et du sujet toujours plus complète. Dans Oranges are not the Only Fruit, Sexing the Cherry, Written on the Body et The PowerBook de Jeanette Winterson, l’hybridation se manifeste à tous les niveaux du texte. L’hybridité physique et sexuelle des narrateurs est ainsi une des manifestations de leurs identités et vies plurielles et paradoxales. Ces hybrides incarnés (monstres, travestis ou androgynes) se construisant au fil de leurs histoires, qui s’inspirent toujours de récits antérieurs, narrateurs et narrations se démultiplient conjointement, s’entremêlent et se redéfinissent sans cesse. Le texte fluctue au gré de l’hybridation générique et de l’intertextualité. De l’entrecroisement de genres réalistes – tels que l’autobiographie, le récit historique ou le discours scientifique – et fictionnels – tels que le conte ou la romance – naît un hybride générique à résonances parodiques représentant la nature du sujet, de sa vie, de la réalité et de la vérité. Enfin, en hybridant des textes préexistants à des motifs personnels, l’auteur élabore une narration originale qui réécrit les schémas sexistes relayés par ses ancêtres et retranscrit sa vision de l’individu, du monde et de l’art.