Thèse soutenue

FR
Auteur / Autrice : Michal Mickiewicz
Direction : Paul Guilloteau
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie et agronomie
Date : Soutenance en 2012
Etablissement(s) : Rennes, Agrocampus Ouest

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Le retard de croissance intra-utérin (RCIU) augmente la probabilité de contracter plusieurs maladies métaboliques à l’âge adulte qui peuvent aboutir au syndrome métabolique. Outre les nombreuses études réalisées concernant l’implication de facteurs alimentaires dans l’apparition du syndrome RCIU, celle du tractus gastro-intestinal(GIT) a été peu étudiée et son rôle reste inconnu. L’objectif de ce travail de thèse est d’étudier le développement du GIT (en particulier celui de l’intestin grêle et du pancréas) chez le porc (cet espèce pouvant servir de modèle animal pour l’humain du stade fœtal jusqu’à l’âge de 190j. (stade adulte) chez des animaux normaux ou présentant les caractéristiques du RCIU. Dans ce contexte, cinq expériences furent menées et le développement du GIT fut examiné chez les descendants dont les mères gestantes avaient reçu des aliments dont la teneur en protéines était modifiée (haut et bas niveaux d’une part, et chez des porcelets RCIU nourris avec des formules lactées contenant des niveaux élevés vs n normaux de protéines pendant la période d’allaitement d’autre part. Ces effets ont été étudiés chez le porcelet à court terme (période néonatale et juste avant sevrage) et à long terme (âge de 190j). Enfin l’injection intramusculaire de leptine pour annuler les effets anormaux observés chez le RCIU, fut testée. Les résultats obtenus montrent que l’ingestion de régimes déséquilibrés ingérés par la mère gestante est responsable à l’apparition d’une proportion largement plus importante de descendants RCIU à la naissance. La maturation de l’intestin grêle et du pancréas des animaux RCIU est significativement retardée par un décalage dans la disparition des entérocytes fœtaux, une réduction de la mitose intestinale et un changement dans les activités enzymatiques digestives. Contrairement à ce qui se passe chez les animaux normaux, ceux qui présentent les symptômes RCIU perdent des capacités d’adaptation du développement de leur GIT. Les animaux reçus provenant de mères gestantes ayant ingéré les aliments déséquilibrés ne semblent pas pouvoir déployer une croissance de rattrapage suffisante. Les concentrations plasmatiques du CCK, et surtout celles de GLP-2, seraient impliquées dans le développement retardé du GIT chez le RCIU, les relations qu’il peut y avoir avec les changements au niveau métaboliques et les traitements éventuels possibles.