Thèse soutenue

Effet des saisons et de la malnutrition sur l’immunité des enfants sénégalais dans le cadre du programme vaccinal de l’OMS

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Lobna Gaayeb
Direction : Gilles Riveau
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Maladies infectieuses ; maladies tropicales
Date : Soutenance le 14/12/2012
Etablissement(s) : Lille 2
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Biologie-Santé (Lille)

Résumé

FR  |  
EN

La réponse immunitaire, qu’elle soit générée suite à un contact naturel avec un agent infectieux ou après l’administration d’un vaccin, est sujette à des variations qui peuvent être dues à des facteurs environnementaux tels que les infections ou la malnutrition.Au cours de ce travail, nous avons étudié par une approche épidémiologique, l’influence des variations saisonnières et de la malnutrition sur la réponse immunitaire vis-à-vis de vaccins administrés aux enfants avant l’âge d’un an dans le cadre du Programme Elargi de Vaccination de l’Organisation Mondiale de la Santé (coqueluche, tétanos, diphtérie, tuberculose).Une étude longitudinale multidisciplinaire de terrain a été menée au nord du Sénégal, dans 5 villages de la vallée du Grand Fleuve, sur une cohorte de 410 enfants âgés de 1 à 9 ans. Des visites ont été réalisées dans l’ensemble des villages, à différents moments de l’année, englobant des périodes de saisons sèches et de saisons humides, afin de collecter des données parasitologiques, cliniques et anthropométriques, ainsi que des échantillons sérologiques. Dans le cadre de la santé publique, cette étude a permis d’apporter des données régionales sur la couverture vaccinale, la prévalence du paludisme et de l’état nutritionnel des enfants.La réponse immune à la coqueluche a été mesurée par le dosage d’anticorps dirigés contre la toxine de la coqueluche et l’hémagglutinine filamenteuse, deux antigènes de la bactérie Bordetella pertussis, l’agent principal de la coqueluche. Nos résultats concernant la réponse humorale à ces antigènes indiquent des variations du taux d’anticorps en fonction de l’âge des enfants ainsi que de leur village de résidence. La séroprévalence à B. pertussis a révélé la circulation endémique de la bactérie dans certains villages avec l’apparition d’un pic épidémique dans l’un d’entre eux. De plus, nos analyses suggèrent que la malnutrition est associée à une diminution de la réponse humorale aux antigènes de la coqueluche et que le retard de croissance influe sur la séroconversion vis-à-vis de cette infection bactérienne. Par ailleurs, le retard de croissance semble diminuer la capacité des cellules immunitaires des enfants à produire de l’interféron gamma, une cytokine clé intervenant dans la défense contre les infections, en réponse à des antigènes vaccinaux. Les conséquences à plus long terme de la malnutrition chronique infantile sur le maintien ou le développement des réponses immunes chez ces enfants lorsqu’ils seront plus âgés demeurent un point important à étudier.Mots-clés : anticorps, vaccination, coqueluche, Bordetella, malnutrition, Sénégal