Thèse soutenue

Caractérisation de l’occupation des sites de la région de Témara (Maroc) au Pléistocène supérieur et nouvelles données sur la subsistance des hommes du Paléolithique moyen d’Afrique du Nord : exemples des approches taphonomiques et archéozoologiques menées sur les faunes d’El Harhoura 2 et d’El Mnasra

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Emilie Campmas
Direction : Patrick MichelSandrine Costamagno
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Préhistoire et géologie du Quaternaire
Date : Soutenance le 05/10/2012
Etablissement(s) : Bordeaux 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences et Environnements (Talence, Gironde ; 1999-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : De la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie (Talence)
Jury : Président / Présidente : Jacques Jaubert
Examinateurs / Examinatrices : Fethi Amani, Francesco D'Errico, Roland Nespoulet
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-Philip Brugal, Elaine Turner

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Caractérisation de l’occupation des sites de la région de Témara (Maroc) au Pléistocène supérieur et nouvelles données sur la subsistance des Hommes du Paléolithique moyen d’Afrique du Nord : exemples des approches taphonomiques et archéozoologiques menées sur les faunes d’El Harhoura 2 et d’El Mnasra » Ce travail en taphonomie et en archéozoologie se concentre sur les faunes pléistocènes de la région de Témara où deux sites fouillés récemment, El Harhoura 2 et El Mnasra, ont retenu notre attention. Il porte principalement sur l’Atérien (Paléolithique moyen/MSA), faciès culturel du Pléistocène supérieur propre à l’Afrique du Nord, dont l’aspect comportemental - en particulier les pratiques cynégétiques, la fonction des sites, l’organisation spatiale du territoire - est peu documenté. Le croisement des résultats obtenus sur les restes osseux de grands Mammifères avec les rares données régionales a permis de proposer un modèle hypothétique d’occupation des sites. Les occupations pérennes de courte durée au cours desquelles les Hommes ont effectué de multiples activités sont datées du stade 5. L’exemple d’El Mnasra montre que les Hommes ont consommé des Ongulés de toutes tailles (Gazelles, Suidés, Alcelaphinés, Équidés, grands Bovinés…) et que les différentes étapes de la chaîne opératoire du traitement des carcasses ont été effectuées in situ. Outre la grande faune, leur régime alimentaire était composé également de Tortues et de Mollusques marins. Comme l’indique l’exemple d’El Harhoura 2, aux stades isotopiques 4 et 3, en concomitance avec une dégradation climatique et une baisse du niveau marin, les occupants principaux des cavités étaient les Carnivores qui ont consommé principalement des Gazelles. Il semble que les Hommes n’ont effectué que de brefs passages dans les grottes. À l’Ibéromaurusien (Paléolithique supérieur final/LSA), le seul exemple d’El Harhoura 2 témoigne que, malgré le changement culturel observé au sein de l’industrie lithique et l’utilisation de la cavité à des fins sépulcrales, les accumulateurs majoritaires des faunes restent les Carnivores alors que les proportions d’Ongulés de tailles supérieures aux Gazelles augmentent. Comparés à plus large échelle, ces résultats mettent en exergue des similitudes dans les stratégies de subsistance qui s’ajoutent à d’autres convergences telles que l’utilisation de pigments, de Nassarius sp. … Au stade isotopique 5, le milieu littoral est exploité en association avec la consommation d’Ongulés d’assez grande taille et de Tortues aussi bien en Afrique du Nord qu’en Afrique du Sud par les Hommes Anatomiquement Modernes (HAM). La diversification des ressources n’est pas le seul fait des HAM, puisque les Néandertaliens de la péninsule ibérique et d’Italie ont également exploité le milieu littoral. Ainsi, cette période semble cruciale pour l’appréhension des dynamiques évolutives et comportementales des Hommes du MSA/HAM, non seulement en Afrique du Nord, mais également dans d’autres régions.