Thèse soutenue

Etude par microscopie électrochimique (SECM) de la réactivité d'une surface métallique hétérogène passivée : effet de la contrainte mécanique et thermomécanique

FR
Auteur / Autrice : Djoudi Sidane
Direction : Olivier DevosMarie Touzet-Cortina
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Mécanique et ingénierie
Date : Soutenance le 24/02/2012
Etablissement(s) : Bordeaux 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale des sciences physiques et de l’ingénieur (Talence, Gironde ; 1995-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut de mécanique et d'ingénierie de Bordeaux
Jury : Président / Présidente : Thierry Palin-Luc
Examinateurs / Examinatrices : Vincent Vivier, Bernard Tribollet, Monique Puiggali
Rapporteurs / Rapporteuses : Sébastien Touzain, Vincent Vignal

Résumé

FR  |  
EN

Les phénomènes de corrosion localisée observés sur les matériaux passifs, largement utilisés dans l’industrie et le transport, résultent de la présence d’hétérogénéités microstructurales et de l’effet des sollicitations mécaniques et thermomécaniques. C’est pourquoi la caractérisation et la compréhension des processus réactionnels nécessitent l’utilisation de techniques d’investigation locales. La microscopie électrochimique à balayage (SECM), technique récente, a été utilisée dans différentes situations. Dans un premier temps, des essais permettant de visualiser les sites d’amorçage des piqûres ont été réalisées sur un acier inoxydable en situation de corrosion. Les modifications de réactivité de surface induites par des déformations élastiques et plastiques ont ensuite été étudiées sur ce même matériau. Une corrélation a notamment pu être établie entre la répartition des déformations et la répartition de la constante cinétique apparente en fond d’entaille sur une éprouvette pré-entaillée.Enfin, sur des alliages d’aluminium soudés par FSW (Friction Stir Welding), des situations de couplage galvanique à différentes échelles ont été révélées à l’échelle microscopique du fait de la présence des composés intermétalliques et à l’échelle de la structure dans le cas d’une soudure de deux alliages d’aluminium différents.