Thèse soutenue

Flexibilité au sein de la nucléoprotéine et de la phosphoprotéine des Paramyxovirus : prédiction, caractérisation expérimentale et repliement induit.

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Johnny Habchi
Direction : Sonia Longhi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie : Biochimie structurale
Date : Soutenance le 23/03/2012
Etablissement(s) : Aix-Marseille
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole Doctorale Sciences de la Vie et de la Santé (Marseille)
Jury : Président / Présidente : James N. Sturgis
Examinateurs / Examinatrices : Sonia Longhi, James N. Sturgis, Marc Jamin, Elisar Barbar, Brigitte Gontero-Meunier, Malene Jensen, Jean-marie Bourhis
Rapporteurs / Rapporteuses : Marc Jamin, Elisar Barbar

Résumé

FR  |  
EN

Les virus Nipah (NiV) et Hendra (HeV) appartiennent au genre Henipavirus au sein de la famille des Paramyxoviridae. Cette famille comporte de nombreux pathogènes tel que le virus de la rougeole (MeV). Les paramyxovirus possèdent un génome de type ARN simple brin encapsidé par la nucléoprotéine (N) au sein d'une nucléocapside hélicoïdale. N interagit avec la phosphoprotéine (P) et cette dernière recrute la polymérase (L) qui assure la transcription et la réplication du génome viral. L'objectif de mon projet de thèse était de caractériser les protéines N et P ainsi que les interactions qui existent entre elles chez les trois virus, NiV, HeV et MeV. A la différence du MeV, qui a été intensivement étudié au cours des dernières années, les données moléculaires et structurales sur les Henipavirus étaient très limitées. A l'aide d'analyses computationnelles, nous avons pu déchiffrer l'organisation modulaire de N et de P, et nous avons montré que les régions, C-terminale de N (NTAIL) et N-terminale de P (PNT), sont prédites comme intrinsèquement désordonnées (RIDs). Les RIDs sont des régions fonctionnelles dépourvues de structures secondaires et tertiaires stables dans des conditions physiologiques. En utilisant des approches biochimiques et biophysiques, nous avons confirmé que NTAIL et PNT sont désordonnées. Elles conservent toutefois des structures secondaires transitoires qui pourraient correspondre à des éléments de reconnaissance moléculaire (ou MoREs) impliqués dans de transitions structurales en présence d'un partenaire.