Thèse soutenue

Les agronomes de terrain face à une nouvelle agriculture pampéenne : stratégies pour la reterritorialisation des connaissances agronomiques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Susana Grosso
Direction : Bernard Charlery de La Masselière
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Etudes rurales
Date : Soutenance le 01/09/2011
Etablissement(s) : Toulouse 2
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures (Toulouse)
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Christophe Albaladejo, Jean-Marc Meynard, Claude Compagnone
Rapporteurs / Rapporteuses : Marianne Cerf, Guy Faure

Résumé

FR  |  
EN

Pendant les années 1990, l'ouverture de l'économie argentine a conduit à une transformation de l’agriculture pampéenne : de nouveaux objets techniques et acteurs ont modifié la pratique agricole et la relation que l’activité entretenait avec les territoires. Cette transformation se traduit aussi au niveau des systèmes d’information et de connaissances agricoles (SICA). Dans la région centrale de la province de Santa Fe, un SICA de base territoriale et régionale (SRICA) s’est consolidé pendant la période de la modernisation des années 1960. Une catégorie particulière de professionnels, les « agronomes de terrain », y occupait une fonction centrale comme médiateurs légitimes entre la recherche publique réalisée au niveau régional et les agriculteurs.Les transformations des années 1990 conduisent à la fragmentation de ce SRICA. Il en émerge un système de connaissances lié aux grandes cultures (SICGC), promu par les entreprises fournisseuses d’intrants et les producteurs innovateurs agissant selon une logique a-territoriale qui remet en question la fonction des agronomes de terrain. Ces acteurs voient se modifier leurs pratiques professionnelles, leurs relations de travail et leurs espaces de références techniques. Ainsi, conscients de leur perte d’influence dans les nouveaux SICGC, certains cherchent à défendre leur place à partir de la maîtrise locale des nouveaux problèmes agricoles.Ce travail cherche à comprendre les changements touchant le groupe professionnel des agronomes de terrain, comme un moyen pour analyser les transformations qui affectent la profession et pour apporter des éléments nécessaires pour repenser la formation des ingénieurs agronomes.