Thèse soutenue

Contribution à l’étude des plantes endémiques de Polynésie française et analyse phytochimique de 4 [quatre] espèces : "Hernandia nukuhivensis, Wikstroemia coriacea, Wikstroemia raiateensis et Wikstroemia johnplewsii"

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Nicolas Ingert
Direction : Phila Jaonina RaharivelomananaChristian Moretti
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Chimie moléculaire
Date : Soutenance en 2011
Etablissement(s) : Polynésie française

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Etant donné la faible connaissance chimique et pharmacologique des plantes vasculaires marquisiennes, un projet scientifique permettant leur inventaire, la mise à jour de leurs usages, ainsi que la détermination de leurcomposition chimique et de leur activité biologique a été mis en oeuvre, afin de déterminer l’effet del’endémisme sur la diversité pharmacochimique de métabolites secondaires. Le criblage des diverses espècesendémiques prélevées aux Marquises a permis d’identifier et de caractériser les ressources végétales marquisiennes à potentialité thérapeutique. Deux plantes d’intérêt biologique ont été retenues: Hernandianukuhivensis et Wikstroemia coriacea. Elles ont fait l’objet par la suite d’une étude plus approfondie de leur composition chimique. L’étude de H. Nukuhivensis a permis de montrer sa forte cytotoxicité à 1 μg/mL et d’isoler 2 alcaloïdes et 7 lignanes présentant des activités biologiques intéressantes. L’étude phylogéniqueassociée à une étude de la variabilité chimique des différents Wikstroemia présents en Polynésie française ont souligné la présence de 2 morphotypes (rampant et arbuste) sur le plateau du Temehani (Raiatea). Les résultats des études phylogéniques n’ont pu être corrélés avec ceux de la phytochimie pour les espèces de Wikstroemia de Polynésie orientale. L’analyse phytochimique de W. Coriacea, qui présente une activité anti-radicalaire (CI50 = 54 μg/mL), a permis l’isolement de 4 sesquiterpénoïdes dont un nouveau (acide oléodaphnoïque), 2 coumarines, 3 dérivés benzéniques dont un nouveau (2-hydroxy-1,5-diphénylpentan-1-one), un triterpénoïde et un lignane. L’analyse de W. Raiateensis a conduit à l’identification de 2 biflavonoïdes.