Thèse soutenue

Influence de l’alimentation hyperlipidique hypercholestérolémique sur l’expression génique embryonnaire et le développement de maladies à long terme : etudes sur le modèle lapin

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Olivier Picone
Direction : Pascale Chavatte-PalmerVéronique Duranthon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie
Date : Soutenance le 14/06/2011
Etablissement(s) : Paris 11
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Signalisations et réseaux intégratifs en biologie (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne ; 2000-2015)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Biologie de la reproduction, environnement, épigénétique, et développement (Jouy-en-Josas,Yvelines ; 1995-....) - Biologie du développement et reproduction
Jury : Rapporteurs / Rapporteuses : Isabelle Donnay

Résumé

FR  |  
EN

Les problèmes de santé liés à l’alimentation hyperlipidique chez l’humain sont en constante progression. Or, une perturbation de l’environnement fœtal induit chez la descendance une susceptibilité plus grande à développer des maladies à l’âge adulte (DOHad : Developmental Origins of Health and Disease). L’objectif de ce travail de Thèse est d’évaluer, chez le lapin, les conséquences d’une alimentation hypercholestérolémique et hyperlipidique sur le développement embryonnaire, fœtal, et la survenue de troubles métaboliques à long terme.Nous avons nourri des lapines ad libitum avec un régime hypercholéstérolémique (0,2%) et hyperlipidique (8%) (HH) ou un régime témoin (C) à partir de l'âge de 10 (expérience 1) ou de 18 semaines (age de la mise à la reproduction, expérience 2). A la naissance, les portées ont été équilibrées et des croisements effectués pour différencier l'effet de l'alimentation de la mère pendant la gestation et pendant la lactation. Ainsi des lapereaux nés de mères HH ont été allaités par des mères C (groupe HH-C) ou HH (groupe HH-HH) et des lapereaux nés de mère C ont été allaités par des mères C (groupe C-C) ou HH (groupe C-HH). Au cours de l’expérience 1, un retard de croissance intra utérin (RCIU) significatif a été mis en évidence dès 9 jours de gestation par échographie dans le groupe HH (P<0,05). A la naissance, les laperaux étaient significativement plus légers (P<0,05). En raison d’un rattrapage pondéral rapide, il n’existait plus de différence significative au sevrage. Tous les lapins ont alors reçu un aliment témoin distribué ad libitum. A J176, il n’y avait pas de différence de poids entre les groupes HH-HH et HH-C, mais les animaux de ces deux groupes étaient significativement plus lourds que les groupes C-C and C-HH (P<0.05). De plus, la tension artérielle était plus élevée dans le groupe HH-HH par rapport à tous les autres groupes (P<0.05). Au cours de l’expérience 2, de tels effets physiologiques n’ont pas été observés. Les effets physiologiques n'ayant été observés que lorsque le régime avait été commencé avant la gestation, nous avons émis l'hypothèse que l'environnement maternel précoce avait été modifié, entrainant une perturbation du développement embryonnaire à l'origine des conséquences à long terme. l’expression des gènes au moment de la mise en route du génome embryonnaire a été étudié à l’aide d’une puce dédiée. L’analyse transcriptomique a permis de suggérer que certains transcrits étaient présents en quantités différentes. Nous avons montré par qRT-PCR que le régime HH induit une augmentation transitoire de la quantité de transcrit de l’adipophiline (présente à J2 mais pas à J5,5). L’analyse immunohistochimique montre une quantité plus importante de gouttelettes lipidiques localisées près du noyau dans les embryons issus de mères nourries par le régime HH à J5,5 comparé aux témoins. Ces résultats illustrent l’importance de la nutrition avant et pendant la gestation pour la determination de la croissance in utero et postnatale, ainsi que pour le développement de maladies métaboliques à long terme. La nutrition maternelle avant la gestation peut engendrer des modifications d’expression de gènes au moment de la transmission materno embryonnaire.