La maladie veineuse thromboembolique : étude des facteurs de risque de récidive

par Valérie Olié

Thèse de doctorat en Epidémiologie

Sous la direction de Pierre-Yves Scarabin.

Soutenue le 24-05-2011

à Paris 11 , dans le cadre de École doctorale Santé publique (Paris ; 2000-2015) , en partenariat avec Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (Villejuif, Val-de-Marne ; 2010-....) (laboratoire) et de Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (laboratoire) .

Le président du jury était Denis Hémon.

Le jury était composé de Thierry Moreau, Denis Wahl.

Les rapporteurs étaient Grégoire Le Gall, Florence Trémollières.


  • Résumé

    A partir des données de deux études de cohortes hospitalières françaises (MEVE etFARIVE), nous nous sommes intéressés aux facteurs de risque de récidive de maladieveineuse thromboembolique (MVTE).Nous avons confirmé un excès de risque de récidive de MVTE chez les hommescomparés aux femmes et montré que cette relation dépendait en partie de l’âge, de lamutation du FV Leiden et de la prise d'hormones au premier événement. Une analyse enfonction du sexe a mis en évidence que l’âge, l’obésité et des niveaux élevés de D-dimèresaugmentaient significativement le risque de récidive de MVTE chez les femmes. Par ailleurs,contrairement aux estrogènes oraux, les estrogènes transdermiques seuls ou combinés à laprogestérone micronisée n'exposaient pas les femmes ménopausées à un risque accru derécidive de MVTE. Chez les hommes, la mutation du facteur V Leiden, un antécédent familialde maladie artérielle et un premier événement idiopathique étaient des facteurs de risqueindépendants de récidive.L'identification de profils de risque différents en fonction du sexe pourrait permettreune meilleure stratification du risque de récidive de MVTE. Ces résultats devraientcontribuer à améliorer la prise en charge de la maladie par une évaluation individuelle de ladurée optimale du traitement anticoagulant. De plus, une bonne sécurité d’emploi desestrogènes transdermiques seuls ou combinés à la progestérone micronisée ouvre desperspectives cliniques intéressantes dans le traitement des troubles sévères de laménopause chez des patientes avec un antécédent personnel de MVTE.Mots

  • Titre traduit

    Venous thromboembolism : risk factors for recurrence


  • Résumé

    Based on data from two French hospital cohort studies, we investigated the riskfactors for recurrent venous thromboembolism (VTE).We confirmed the higher risk of recurrent VTE among men compared with womenand we suggested that this relation depended on age, Factor V Leiden mutation andhormone-related first event. A sex-specific analysis showed that advancing age, obesity andelevated D-dimer significantly increased the risk of recurrent VTE in women. Moreover, oralbut not transdermal estrogens, were associated with a higher risk of recurrent VTE amongpostmenopausal women. In men, factor V Leiden mutation, family history of arterial diseaseand an idiopathic first event were independent risk factors for VTE recurrence.The identification of sex-specific risk factors provides a new insight to riskstratification for VTE recurrence. These results could improve the prevention of this diseaseby an individual assessment of the optimal duration of anticoagulation therapy. In addition,our results provide first evidence supporting the safety of transdermal estrogens alone orcombined with micronized progesterone with respect to VTE recurrence risk. These datacould have important clinical implications for women with personal history of VTE whorequire hormone therapy for severe postmenopausal symptoms.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris-Saclay. DiBISO. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.