Thèse soutenue

Influence de la réduction de mobilité active et passive de la chaîne posturale. : influence sur la capacité posturo-cinétique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Yola Friant
Direction : Serge Le Bozec
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences du Sport, de la Motricité et du Mouvement Humain
Date : Soutenance le 18/11/2011
Etablissement(s) : Paris 11
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences du sport, de la motricité et du mouvement humain (Paris ; 2002-2015)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Complexité, innovation, activités motrices et sportives (Orsay, Essonne ; 2010-....)
Jury : Président / Présidente : Manh-Cuong Do
Examinateurs / Examinatrices : Serge Le Bozec, Manh-Cuong Do, Pierre Portero, Marco Schieppati, Pier-Giorgio Zanone, Alain Hamaoui
Rapporteurs / Rapporteuses : Pierre Portero, Marco Schieppati

Résumé

FR  |  
EN

L’objectif de ce travail est de déterminer l’influence des réductions de mobilité ostéo-articulaire passive et active sur la capacité posturo-cinétique. La réduction de mobilité passive est analysée à travers un mouvement d’élévation des membres supérieurs à vitesse maximale au cours duquel seront mesurés des indices électromyographiques (Tibial antérieur, Soléaire) et biomécaniques (plateforme de force, accéléromètre). La réduction de mobilité active est étudiée à partir d’un examen posturographique combiné à un mouvement de compression d’une barre dynamométrique et à l’enregistrement de la cinématique respiratoire. L’analyse de la composante passive révèle que, dès 50% de perte de mobilité au niveau de la région cervicale, la capacité posturo-cinétique (CPC) est perturbée. Le blocage passif des articulations des chevilles et du rachis cervical semble davantage réduire la CPC que celui des genoux ou du rachis lombaire. L’étude de la composante active montre que l'augmentation de la tension musculaire active le long du tronc est susceptible de perturber l'équilibre postural, mais uniquement lorsqu'elle dépasse un certain niveau. Ainsi les deux composantes, passive et active, de la mobilité ostéo-articulaire, paraissent chacune jouer un rôle dans la capacité à compenser les perturbations associées au maintien postural ou à l’exécution du mouvement.