Thèse soutenue

Comment devenir "je"dans un monde qui vous met hors-jeu ? : Le défi de la construction d'un individu - sujet chez les jeunes du Bel-Air (Port au Prince, Haïti) de 1986 à 2006

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jn-François Lenz
Direction : Vincent de Gaulejac
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sociologie
Date : Soutenance en 2011
Etablissement(s) : Paris 7

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

De 1986 à 2006, Haïti a littéralement implosé dans une longue et terrible crise. On a assis un réel drame humain qui révèle les souffrances et la difficulté d'être d'une communauté de près dix millions d'êtres humains. Cette situation de désintégration sociale est enracinée dans un ça historico-structurel, caractérisé fondamentalement par le mépris de la grande majorité des citoyens qui se sont vus déniés toute reconnaissance sociale. Dans cette étude nous nous sommes attelés à comprendre comment des individus humains ont pu vivre (ou survivre), évoluer et essayer de structurer en tant que sujets dans une situation extrême de misère, de violence, de chaos d'autoritarisme. A partir d'une démarche clinique, nous avons travaillé sur le vécu des jeunes di milieux populaires urbains (notamment le Bel-Air), leurs expériences et leurs différentes stratégie ' identitaires pour se construire en tant que sujets. Les individus notamment les plus démunis construisent leur identité dans une lutte continue pou: soi et en définitive contre l'autre. Une lutte alimentée par ce souci de reconnaissance historiquement ancré chez les Haïtiens, qui aboutit au final à une forme d'individualisme négatif, l'individualisme de survie. A travers nos analyses de trois espaces de socialisation déterminants dans les milieux populaires urbains : la Famille, le Quartier et l'Ecole, nous avons mesuré combien l'expérience de l'abandon est transversale et comment l'abandon s'est installé comme l'élément fondamentalement structurant de l'identité de ces jeunes dans une « société de débrouille » où le principe cardinal de survie se réduit au « sauve-qui-peut ». « L'individualisme de survie » devient alors le principal ressort du travail de subjectivation. Il est tantôt présenté comme une forme particulière de présence, de rapport à l'autre en vue de s'assurer une existence sociale considérée. Il est tantôt l'expression des contraintes sociales qui acculent l'individu à la solitude ou l'isolement et à la désolation.