Thèse soutenue

Etude archéologique des techniques d'acquisition et de transformation du métal dans le cadre de la production des lames de sabre au Japon (IXe-XVIe siècle)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Xavier Michel
Direction : Flora Blanchon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Archéologie
Date : Soutenance le 10/12/2011
Etablissement(s) : Paris 4
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Centre de Recherches sur l’Extrême Orient de Paris-Sorbonne (Paris)
Jury : Président / Présidente : François Macé
Examinateurs / Examinatrices : Flora Blanchon, Philippe Andrieux, Philippe Fluzin, Michel Pernot

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse a pour thème les techniques d’acquisition et de transformation du fer dans le cadre de la productiondes lames japonaises, sur une période courant du IXe à la toute fin du XVIe siècle. Une partie préliminaire estprésente afin de donner une idée de l’évolution de la métallurgie du fer jusqu’à cette date. Le type de minerais,les sables ferrifères, est alors abordé avec ses techniques d’acquisition et d’extraction. S’en suit une étude desméthodes de transformation par le biais des techniques de réduction. L’étude des différents sites permet demettre en lumière deux types majeurs de fourneau dans l’archipel : un type à cheminée semi-enterré et un typeen forme de boîte rectangulaire. Ce dernier débouche d’ailleurs sur la mise au point, au début du XVIIe siècle,du fourneau traditionnel, le tatara.En outre, l’archipel présente un développement des techniques de forge antérieur aux techniques de réduction.A partir du IXe siècle, la forge japonaise se retrouve donc déjà à un niveau technique particulièrement élevé,ayant développé, en plus des techniques de mise en forme, des techniques d’affinage, de carburation et degrappage, autorisant un recyclage du fer, permettant d’affranchir en partie les forgerons de la production dessites de réduction. C’est donc sur cette base technique particulièrement développée qu’a pu se mettre en placeune partie de la production des lames. Ce recyclage explique en partie la disparition d’un très grand nombre delames, auquel il faut adjoindre à partir de la fin du XVIe siècle, des chasses au sabre, permettant de distinguerla classe des guerriers, les samouraïs par un port d’arme qui leur était réservé.