Thèse soutenue

L’image et l’archive. Archéologie du présent dans l’œuvre de Walter Benjamin et Michel Foucault

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Arianna Lodeserto
Direction : Jean-François CourtineMarisa Forcina
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire de la philosophie contemporaine
Date : Soutenance le 24/10/2011
Etablissement(s) : Paris 4 en cotutelle avec Università del Salento
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Concepts et langages (Paris ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Métaphysique, histoires, transformations, actualité (Paris)
Jury : Président / Présidente : Mario Pezzella
Examinateurs / Examinatrices : Jean-François Courtine, Marisa Forcina, Dominique Pradelle

Résumé

FR  |  
EN

Deux chemins hétérogènes seront déployés dans cette thèse, deux façons de conduire la quête d’une « méthode archéologique » qui mette le présent « dans une position critique », en interrogeant à nouveau l’écriture de l’histoire et la construction de ses objets. Le but est d’approcher la conception de l’histoire exposée par Walter Benjamin – dans Le livre des Passages, dans les thèses Sur le concept d’histoire et dans les matériaux préparatoires – et l’archéo-généalogie de Michel Foucault, examinée à travers les textes, les entretiens et les Cours au Collège de France faisant partie de sa première production. Au-delà des différences entre les lieux d’origine des œuvres en question, la thèse suggère une possible confrontation en limitant la comparaison à certains vecteurs fondamentaux de leur grille conceptuelle, y compris la critique du concept d’origine, le rôle des discontinuités, la perspective des « sans nom », la désagrégation en images de l’expérience historique et enfin la défense d'un usage de l’histoire qui est à la fois tactique, stratégie et surface fertile de la philosophie. L’histoire devient urgence de la pensée.