Thèse soutenue

« Champion[s] de la même cause » ? : la pensée politique des rédacteurs de l’Allgemeine Zeitung des Judenthums et des Archives israélites entre Allemagne et France (1848-1914)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Heidi Knörzer
Direction : Céline Trautmann-Waller
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études germaniques
Date : Soutenance le 16/06/2011
Etablissement(s) : Paris 3
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Études anglophones, germanophones et européennes (2009-2019 ; Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre d'études et de recherches sur l'espace germanophone
Jury : Président / Présidente : Dominique Bourel
Examinateurs / Examinatrices : Céline Trautmann-Waller, Dominique Bourel, Catherine Nicault, Alain Lattard, Carsten Lorenz Wilke, Michel Espagne

Résumé

FR  |  
EN

Les textes de Ludwig Philippson, Gustav Karpeles, Isidore Cahen, Hippolyte Prague, publiés dans l’Allgemeine Zeitung des Judenthums et dans les Archives Israélites entre 1848 et 1914, témoignent d’un incessant souci politique. De l’égalité politique des minorités juives et de leur discrimination à la réflexion sur les relations entre politique et religion, en passant par les nouveaux courants politiques du XIXe siècle, tels le nationalisme, le socialisme ou encore le sionisme, nombreux sont les thèmes liés à la politique qu’ils abordent dans leurs articles. C’est le discours politique tel qu’il se donne à voir dans leurs articles qu’il s’agit d’étudierdans cette thèse. La pensée politique des minorités juives en Allemagne et en France au XIXe siècle a déjà fait l’objet de diverses études. Certaines abordent la thématique dans une perspective nationale, d’autres adoptent, comme nous, une approche comparée, en soulignant essentiellement les différences de points de vue entre les deux collectivités juives. Ces recherches partent du principe que l’Allemagne et la France sont structurées différemment, notamment en ce qui concerne les conceptions de la nation, les rôles joués par la religion et, partant, le mode d’émancipation des juifs, pour en déduire que la réalité des minorités juives et leur façon de penser, de sentir et d’agir l’est aussi. S’il ne s’agit pas de nier une certaine influence du contexte national sur lafaçon dont les journalistes voient le monde, la conviction qui anime le présent travail est que les contextes nationaux apparemment différents ne doivent pas nous empêcher de voir que leurs discours politiques obéissent à une logique commune. La thèse que nous nous proposons de démontrer dans cette étude consiste à dire que les discours politiques des juifs allemands et français, loin de former deux discours disjoints et opposés, se sont mutuellement rencontrés et fertilisés pour former un discours largement transnational. Grâce à leurs revues, il existait en effet de nombreux contacts entre les journalistes qui pourraient expliquer, entre autres, les parallèles et ressemblances dans leur manière d’aborder certaines questions politiques