Thèse soutenue

Le bilinguisme dans les pratiques professionnelles : de l’obstacle à la ressource. Une approche conversationnelle d’inspiration ethnométhodologique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Roxana Taquechel Rodriguez
Direction : Patrick Renaud
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences du langage
Date : Soutenance le 06/05/2011
Etablissement(s) : Paris 3
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Langage et langues (Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Recherche sur le français contemporain (Paris)
Jury : Président / Présidente : Francine Cicurel
Examinateurs / Examinatrices : Patrick Renaud, Francine Cicurel, Georges Lüdi, Lorenza Mondada, Anne-Claude Berthoud

Résumé

FR  |  
EN

Grâce à une observation ethnographique menée durant trois ans sur trois terrains d’étude différents (une agence d’architecture, une organisation intergouvernementale et un réseau social professionnel), et à partir d’une approche inspirée de l’analyse conversationnelle (Schegloff, Jefferson et Sacks, 1974)d’inspiration ethnométhodologique (Garfinkel, 1967), notre recherche vise à repérer les « méthodes » qu’utilisent les membres afin de se coordonner dans la résolution des problèmes, dans la prise de décision et dans la co-élaboration des solutions professionnelles en mobilisant pour ce faire plusieurs ressources langagières.Lorsque l’on parle de « plurilinguisme » en milieu professionnel, la question sur ses conséquences en tant que ressource ou obstacle est souvent posée. Loin de considérer la diversité linguistique comme un phénomène pré-existant à l’interaction dans des espaces professionnels internationaux, nous essayerons d’approcher cette « diversité » à partir d’une perspective analytique endogène. C’est pourquoi dans le cadre du projet européen Dynamiques des Langues et Gestion de la diversité (DYLAN), la présente thèse s’intéresse avant tout au caractère contraignant ou non du plurilinguisme pour l’accomplissement d’une activité. À cet égard, nous étudierons la manière dont les acteurs sociaux se servent des ressources langagières plurilingues pour organiser leurs actions (Mondada, 2007) et participer chacun à sa manière aux activités communicatives et traiter par là même des difficultés dues à l’utilisation d’une langue. C’est en tenant compte des limites de la dichotomie ressource ou obstacle que nous décrirons comment le plurilinguisme est une pratique ajustée aux contingences de la situation communicative d’où elle émerge.Nous nous intéressons particulièrement à l’analyse des événements de la parole où la co-existence de plusieurs « répertoires verbaux » (Gumperz, 1964) apparaît, soit comme un ensemble de ressources conversationnelles utilisées dans leur continuité linguistique, soit comme un problème résolu localement pour la progression de la communication. Dans cette thèse, nous avons identifié deux configurations principales du plurilinguisme en situation de travail. Il s’agit d’une hétérogénéité des répertoires verbaux constituée en objet du discours et exploitée par les participants dans la résolution des problèmes communicatifs. Cette hétérogénéité exhibée par les membres eux-mêmes est observable dans des séquences de thématisation du choix linguistique, dans des séquences de recherche de mots (Goodwin et Goodwin,1986) et dans des séquences de réparation (Schegloff, Jefferson et Sacks, 1977). Il s’agit aussi d’une hétérogénéité ignorant toute structuration du répertoire concerné en langues. Cela a été reconnu au sein des séquences de désaccord ou de désalignement (Stivers, 2008) et dans des séquences insérées dans des formats spécifiques de participation (Goffman, 1963, 1981) où les ressources plurilingues ne sont pas thématisées,mais bien mises à la contribution de l’accomplissement pratique de l’activité.