Thèse soutenue

Caractérisation fonctionnelle d'effecteurs du nématode phytoparasite Meloidogyne incognita participant au succès de l'infection et à la suppression des défenses de l'hôte

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Maëlle Jaouannet
Direction : Marie-Noëlle Rosso
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie cellulaire et moléculaire
Date : Soutenance en 2011
Etablissement(s) : Nice

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Les nématodes à galle, Meloidogyne sp. , phytoparasites biotrophes obligatoires, ont la particularité de maintenir une interaction compatible avec leur hôte durant plusieurs semaines et d’induire la différentiation de cellules parenchymateuses en cellules nourricières leur permettant d’assurer croissance et reproduction. L’interaction plante-Meloidogyne incognita, dont le génome a été récemment séquencé, est un modèle particulièrement intéressant pour comprendre le succès du parasitisme. Les effecteurs du parasitisme, molécules injectées dans le tissu végétal par le stylet du nématode participent au succès du parasitisme. J’ai identifié trois nouveaux effecteurs de M. Incognita spécifiquement exprimés dans les phases précoces de l’interaction. Parmi eux, deux sont des gènes pionniers sans homologue dans les bases de données publiques et un code une métallopeptidase putative. J’ai observé que les deux gènes pionniers, nommés EFF14 et EFF25, étaient adressés dans des compartiments cellulaires différents, respectivement le noyau et le cytoplasme, après expression hétérologue en cellule végétale. L’analyse fonctionnelle d’EFF14 et de la calréticuline Mi-CRT protéine sécrétée dans l’apoplasme du site nourricier, a montré que ces deux effecteurs sont capables de réprimer les défenses basales de la plante. Mon hypothèse est que Mi-CRT agit sur les signaux calciques tandis que EFF14 agit dans le noyau des cellules végétales pour réprimer les défenses de la plante. Il apparaît donc que le nématode sécrète une panoplie d’effecteurs ayant des cibles différentes et agissant dans des compartiments subcellulaires différents pour maintenir son interaction avec la plante.