Thèse soutenue

Le pouvoir et la culture : les savants italiens face à la politique culturelle de la République et du Royaume d'Italie (1802-1814)

FR  |  
EN  |  
IT
Auteur / Autrice : Sara Codolo
Direction : Gilles PécoutDaniele Menozzi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire de l'art
Date : Soutenance en 2014
Etablissement(s) : Paris, EPHE
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques (Paris) - Scuola normale superiore (Pise, Italie)

Résumé

FR  |  
EN

Les rapports qu’entretiennent les savants italiens de la République et du Royaume d’Italie (1802-1814) avec le pouvoir constituent l’objet de la thèse. Pour étudier ce type de rapports entre la culture et le pouvoir, j’ai sélectionné les savants qui ont assumé des charges de direction dans le monde culturel: les dirigeants de la Direction générale de l’instruction publique Pietro Moscati et Giovanni Scopoli; le premier secrétaire de l’Istituto Nazionale; et le membre de la Commissione di studi en 1802 et président de l’Istituto Reale depuis 1810, Giovanni Paradisi. L’action de ces savants est analysée dans le contexte de l’organisation culturelle napoléonienne. La thèse se développe à travers les questions en matière de politiques culturelle dans les sociétés d’instruction publique des années 1797 et 1799, en suite en affrontant l’histoire institutionnelle de la République et du Royaume d’Italia (1802-1814). La biographie des savants mentionnés propose un nouveau regard sur l’organisation culturelle de l’Italie napoléonienne, en particulier sur les idées développées au fil des ans par les savants. Depuis le début, ces savants ont adhéré au nouvel ordre établi avec l’arrivée de Napoléon et Italie. Presque tous faisant partie d’une faction modérée qui s’opposait au parti des démocrates. La thèse analyse les discours officiels des savants qui ont suivit l’application de la reforme napoléonienne, leurs activités comme dirigeants à travers les sources officielles, leur choix et les relations entre eux et le monde culturel italien de la période en utilisant la correspondance privée