Thèse soutenue

Stratégie de classement des lots de maïs en fonction de leurs teneurs en fusariotoxines par spectroscopie infrarouge

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Cécile Levasseur-Garcia
Direction : Olivier SurelDidier Kleiber
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Pathologie, toxicologie, génétique et nutrition
Date : Soutenance en 2010
Etablissement(s) : Toulouse 3

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Dans le maïs, les teneurs maximales en déoxynivalénol (DON) et fumoni- sines (FUM) sont édictées par le règlement CE 1126/2007. La mesure directe de ces mycotoxines est un processus long et coûteux et n'est pas appropriée pour des mesures en flux. Une alternative a donc été développée avec l'ana- lyse infrarouge (IR). Le premier essai porte sur la discrimination des espèces de Fusarium par IR, sur milieu de culture. Nous avons démontré que cette discrimination est possible à 5 jours de culture pour F. Graminearum, F. Proliferatum, F. Subglutinans et F. Verticillioides. De plus, l'étude de la cinétique de crois- sance par IR nous a permis d'identifier 4 zones spectrales caractéristiques qui pourront éventuellement servir à un suivi en ligne. Lors du second essai, les modèles de classement des lots de maïs en fonction des teneurs en DON et FUM ont été préférés aux modèles de quanti- fication. En effet, ces derniers n'ont pas montré de performances suffisantes pour être utilisés en routine, bien que les approches SVM aient été très inté- ressantes. Les modèles de classement, qu'ils soient PLS, ANN ou SVM, ont permis d'isoler de grandes proportions de maïs sain du reste du lot. Enfin, un dernier essai a permis d'identifier deux limites au-delà des- quelles un échantillon de maïs a de fortes probabilités d'être contaminé en FUM : 200000 UFC/g de mycoflore totale et 3. 5 ppm d'ergostérol. La combinaison de ces modèles devrait permettre un classement des lots de maïs pour le risque DON+FUM.