Thèse soutenue

Rôle des endozépines dans la régulation hypothalamique de l'homéostasie énergétique

FR
Auteur / Autrice : Damien Lanfray
Direction : Marie-Christine TononFabrice Morin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences. Biologie Cellulaire. Neurosciences
Date : Soutenance en 2010
Etablissement(s) : Rouen

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Le diazeparn-bincling inhibitor (DBI), est un polypeptide produit exclusivement par les cellules astrogliales dans le SNC. Le DB1 et ses dérivés, dont l'octadécaneuropeptide (ODN), sont regroupés sous le terme endozépines. L'ODN est un puissant facteur anorexigène qui exerce des effets opposés sur les neurones à NPY et à POMC de l'hypothalamus. Nous avons montré qu'un jeûne de 18 h réduit l'expression du DBI dans les cellules astrogliales de l'hypothalamus. Cet effet ne peut pas être compensé par une injection périphérique d'insuline ou de leptine. A l'inverse, le glucose contre carre partiellement l'effet du jeûne en stimulant l'expression du DB1. De plus, il stimule la libération d'endozépines à partir d'expiants hypothalamiques. L'effet satiétogène d'une injection centrale ou périphérique de glucose met en jeu l'activation du récepteur métabotropiqu. E de l'ODN et la stimulation des neurones à POMC. Inversement, l'hyperphagie induite par une glucopénie centrale, mimée par le 2-deoxyglucose, est bloquée par un analogue de l'ODN. Nos travaux indiquent également, pour la première fois, que les endozépines centrales exercent un tonus hypoglycémiant. Enfin, des études préliminaires menées in vitro suggèrent que l'activation du promoteur du gène DB1 par le glucose est relayée par la voie des hexosamines, une voie annexe de la glycolyse particulièrement active au niveau de l'hypothalamus. L'ensemble de nos travaux suggère que les endozépines produites par les cellules gliales jouent un rôle essentiel dans la sensibilité centrale au glucose et participent à un mécanisme de rétroaction contrôlant l'homéostasie glucidique de l'organisme.