Thèse soutenue

Constitution et transformation du rapport au temps des individus : l'analyse des dimensions réflexives de la conduite de vie

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Caroline Guillot
Direction : Frédéric de Coninck
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sociologie, démographie
Date : Soutenance le 11/10/2010
Etablissement(s) : Paris Est
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Ville, Transports et Territoires (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne ; 2010-2015)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire Ville, mobilité, transport (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne)
Jury : Président / Présidente : Francis Godard
Examinateurs / Examinatrices : Frédéric de Coninck, Laurence Le douarin
Rapporteurs / Rapporteuses : Dominique Méda, Claude Dubar

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse porte sur le rapport au temps individuel des actifs occupés. Il s'intéresse à la façon dont ils le constituent et dont ils le transforment, et propose une approche compréhensive des dimensions réflexives de leur « conduite de vie ». Les évolutions des temporalités au sein de la société (liées à l'entrée des femmes dans le salariat, à la diffusion des TIC, etc.) tendent, selon nous, à créer de nouvelles contraintes et possibilités dans les programmes d'activités des individus. Ainsi, elles lancent de nouveaux défis à l'organisation du temps, mais aussi à l'individu et plus précisément à sa réflexivité. En effet, l'individu n'assume pas passivement cette complexité de son emploi du temps, mais cherche au contraire à la maîtriser. Pour cela, il fournit un « effort » permanent, mais qui n'est pas pour autant constant au fil du temps. A partir d'une enquête par entretiens semi-directifs menés entre 2006 et 2008, nous avons construit une typologie des différents rapports au temps, qui correspondent aux attitudes temporelles générales que les individus construisent et adoptent pour articuler les différentes sphères de la vie sociale, et répondre aux différentes situations qu'ils rencontrent dans leur quotidien. Elle nous a permis de montrer que tous les individus ne sont pas confrontés de la même façon à cette complexité, et de fait, que tous ne sont pas réflexifs au même degré dans leur quotidien. Partant de quatre idéaux-types, nous observons les contraintes (privées et professionnelles) dans lesquelles ils sont insérés ainsi que les outils techniques (les agendas papier et électroniques) et sociaux (les personnes et les institutions) qu'ils utilisent. Par ailleurs, l'observation de deux situations particulières (les imprévus de la vie quotidienne et le déménagement) révèle la façon dont les individus font évoluer leur rapport au temps