Thèse soutenue

Etude paléontologique des artiodactyles de la grotte Tournal (Bize-Minervois, Aude, France) : étude taphonomique, archéozoologique et paléoécologique des grands Mammifères dans leur cadre biostratigraphique et paléoenvironnemental

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Pierre Magniez
Direction : Henry de Lumley
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Préhistoire
Date : Soutenance en 2010
Etablissement(s) : Perpignan

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

La grotte Tournal (Bize-Minervois, Aude, France) a livré des restes humains attribués à Homo neanderthalensis et Homo sapiens et une séquence culturelle moustérienne, aurignacienne et magdalénienne. La faune contribue à caractériser l’évolution des grands mammifères et les comportements des Néandertaliens et des Hommes « modernes » dans le contexte environnemental nord méditerranéen au Pléistocène supérieur. La paléontologie indique que les artiodactyles sont représentatifs du Pléistocène supérieur (biozone MNQ26). Les restes de bouquetin provenant des niveaux du stade isotopique 3 (OIS 3) sont attribués à Capra caucasica praepyrenaica. Ceux des niveaux de l’OIS 2 distinguent Capra pyrenaica. L’étude taphonomique montre des processus biostratinomiques et diagénétiques modérés sur les assemblages osseux mais il existe une grande variation entre la base et le sommet de la séquence. Les ensembles I et II subissent le plus d’altérations post-dépositionnelles non anthropiques. Les carnivores sont intervenus de manière primaire à l’OIS 3 et ont modifié secondairement les assemblages des occupations moustériennes et aurignaciennes. L’étude archéozoologique suggère des occupations néandertaliennes et aurignaciennes de courtes durées, à différentes périodes de l’année. Les occupations magdaléniennes sont saisonnières, du début de l’hiver au printemps. La chasse est orientée sur le couple cheval (E. Caballus) / renne (R. Tarandus). L’étude paléoécologique indique des variations d’humidité/sécheresse modifiant les biomes. La méthode du Variability Size Index (VSI) évoque une capacité d’acclimatation du renne. La variabilité des occupations humaines est reliée aux changements climatiques.