Thèse soutenue

Modulation de la production des fumonisines sur épis de maïs : influence des composantes physiologiques et biochimiques du grain et des événements de contamination mutiple

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Adeline Picot
Direction : Florence ForgetChristian Lannou
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques. Biologie
Date : Soutenance en 2010
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Fusarium verticillioides est un des champignons responsables de la fusariose sur maïs. Sur épi, cette espèce est capable de produire des fumonisines, métabolites secondaires stables, dont la toxicité pour l'homme et les animaux est documentée. Actuellement, aucun procédé ne permet d'éliminer les fumonisines dans les grains après récolte. Limiter leur occurrence implique de limiter leur biosynthèse au champ. Parmi les facteurs modulant la biosynthèse des fumonisines, l'évolution des composantes physiologiques et biochimiques du grain ainsi que les événements de contamination multiple semblent être déterminants. La majorité des études concernant le rôle de ces facteurs sur la biosynthèse des fumonisines a été menée in vitro. Pour clarifier leurs effets potentiels in planta, une approche au champ a été menée. La cinétique d'infection et d'accumulation de fumonisines in planta confirme les études réalisées sur grains et suggère que l'évolution du pH et du contenu du grain en amylopectine pendant le stade denté favoriserait la production des fumonisines. Un effet inhibiteur des tocophérols, composés biochimiques du maïs, sur la production de fumonisines a aussi été démontré in vitro. Cette inhibition demande à être validée in planta. En outre, l'étude d'inoculations mixtes ou en décalage a mis en évidence que des épis colonisés par F. Graminearum favoriseraient l'infection de F. Verticillioides. Des études de compétition réalisées in vitro indiquent que la production de fumonisines peut être augmentée en présence de F. Graminearum sans induire un gain de compétitivité. Nos travaux ouvrent de nouvelles perspectives sur les mécanismes impliqués dans la régulation des fumonisines.