Thèse soutenue

Interactions post-WIMP et applications existantes sur une table interactive

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Guillaume Besacier
Direction : Michel Beaudouin-LafonFrédéric Vernier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Informatique
Date : Soutenance en 2010
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

Nos travaux s'inscrivent dans la discipline de l'interaction homme-machine (UlM), et concernent l'utilisation d'un nouveau type de systèmes : les tables interactives ou « tabletop ». Ils permettent de nouveaux usages de l'informatique : interaction tactile multi-touch, applications multi-utilisateurs, etc. Nous remarquons que les applications pour ordinateurs de bureau existantes forment une part importante de l'utilisation actuelle de l'informatique et sont indispensables à leurs utilisateurs. Les tables interactives se présentent sous un aspect matériel différent des ordinateurs traditionnels, au-delà du trio écran-clavier-souris. Cela introduit de nouvelles possibilités mais aussi de nouveaux défis pour l'interface utilisateur des applications. En revanche les besoins des utilisateurs, en termes de fonctionnalités des applications, restent les mêmes. Nous proposons différentes possibilités d'insérer une couche logicielle d'adaptation entre les applications existantes et l'ordinateur tabletop. Nous présentons cinq métriques et six technologies pour utiliser les applications existantes sur une table interactive. D'autre part, l'interface utilisateur des applications existantes, et les boîtes à outils d'interaction homme-machine qu'elles utilisent, ne sont pas adaptées à leur utilisation sur une grande surface horizontale partagée par plusieurs utilisateurs. Nous introduisons la métaphore du papier, s'inspirant de la façon dont on manipule des feuilles de papier physiques. En permettant aux utilisateurs d'appliquer leurs connaissances du monde physique aux interactions avec les artefacts numériques, nous pensons pouvoir augmenter l'utilisabilité des tables interactives.