Thèse soutenue

Diversité d’itinéraires professionnels : influences de l’immigration en France et spécificités de genre

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Alina Toader
Direction : María-Eugenia Cosío-Zavala
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Démographie, Sociologie
Date : Soutenance le 08/12/2010
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Économie, organisations, société (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 2000-....)
Jury : Président / Présidente : Dominique Meurs
Examinateurs / Examinatrices : María-Eugenia Cosío-Zavala, Dominique Meurs, Serge Feld, Patrick Simon, Stéphanie Condon
Rapporteurs / Rapporteuses : Serge Feld, Patrick Simon

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse de doctorat s’intéresse au cheminement qui mène aux différences de participation au marché du travail français entre divers groupes d’immigrés et le reste de la population résidant en France, en exploitant les données des enquêtes Histoire de vie – Construction des identités (INSEE, 2003), Mobilité géographique et insertion sociale (INED, INSEE, 1992) et Parcours et profils des migrants (DREES, 2 vagues : 2006, 2007). L’originalité de l’approche adoptée tient à la comparaison selon le statut migratoire et la catégorie sexée des individus tout au long du parcours professionnel en France, puis également à la prise en compte de la vie professionnelle des immigrés avant l’immigration et des changements observés à certains moments clés du processus migratoire (à l’arrivée, à l’obtention d’un premier titre de séjour « durable », à l’éventuelle acquisition de la nationalité française). Les résultats obtenus révèlent d’abord l’importance de l’entrée en emploi en France sur la participation économique ultérieure des femmes et des hommes immigrés, cette dernière dépendant à son tour des conditions de la migration et de leur évolution. Bien que l’arrivée en France influe considérablement sur les parcours professionnels des immigré(e)s, son influence pourrait toutefois être relativisée, notamment en comparaison avec d’autres événements d’histoire de vie chez les femmes (surtout ceux familiaux). La dimension genre s’est avérée essentielle à la compréhension de ces processus.