Thèse soutenue

Territoires et identités en Péninsule indochinoise : les Akha et la montagne au Laos

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Marianne Blache
Direction : Olivier Sevin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géographie
Date : Soutenance le 20/11/2010
Etablissement(s) : Paris 4
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de Géographie de Paris. Espace, sociétés, aménagement (Paris ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire Espaces, nature et culture (Paris)
Jury : Président / Présidente : Christian Huetz de Lemps
Examinateurs / Examinatrices : Bernard Moizo
Rapporteurs / Rapporteuses : Manuelle Franck, François Bart

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Le Laos est un pays montagneux qui présente une population multiethnique. Traditionnellement, il existe de fortes discontinuités spatiales entre populations de plaine et de montagne. Les Akha, groupe d’essarteurs de montagne, illustrent alors la différence entre une culture spatiale intimement liée à la composante montagnarde, et celle de la population majoritaire lao-thaï, établie dans des paysages rizicoles de plaine. La territorialité des ces deux groupes s’inscrit alors dans deux configurations spatiales particulières, deux territoires identitaires, qui entretenaient jusqu’ici peu de rapports. Ces deux territoires identitaires ont des fonctionnements distincts : celui des Akha est fluide, reproductible, il est un territoire-milieu ; tandis que celui des Lao-thaï est relativement fixe, plus classiquement attaché aux lieux. Aujourd’hui, ces deux territoires identitaires se trouvent dans le territoire national d’un Etat moderne qui essaye toujours de se construire, sur le modèle de l’Etat-nation. Alors que les Lao-thaï, qui exercent le pouvoir dans un régime communiste, n’avaient que peu porté d’intérêt aux espaces montagnards et à leurs populations, le contexte régional et mondial leur fait porter un regard nouveau sur cette montagne. Les défis du développement engendrent des réponses politiques qui touchent particulièrement les territoires identitaires de montagne. D’un côté, les populations montagnardes sont déplacées en plaine afin de leur offrir un accès plus facile au marché et aux structures étatiques, et de l’autre, les espaces montagnards sont de plus en plus exploités pour leurs ressources. La création d’une nation semble être à ce prix.