Thèse soutenue

La collection de Ruan Yuan (1764-1849) : un cas de transmission du patrimoine culturel en Chine

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Éric Lefebvre
Direction : Flora BlanchonHua Meng
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire de l‟art
Date : Soutenance le 10/06/2010
Etablissement(s) : Paris 4 en cotutelle avec Université de Pékin
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Centre de Recherches sur l’Extrême Orient de Paris-Sorbonne (Paris)
Jury : Président / Présidente : Marianne Bastid-Bruguière
Examinateurs / Examinatrices : Flora Blanchon, Hua Meng, Daniela Gallo

Résumé

FR  |  
EN

En tant que savant et haut-fonctionnaire Ruan Yuan est une figure éminente de la fin de la dynastie Qing (1644-1911). Sa collection, principalement composée d’objets antiques, bronzes rituels, briques et tuiles, est modelée d’après les traditions de l’épigraphie chinoise ou jinshi xue. La première partie de la thèse est consacrée à l’analyse de la collection. Sa typologie et sa formation sont le reflet de l’approche scientifique des objets antiques adoptée par Ruan Yuan. Ses méthodes, qui reposent sur les développements récents de la phonologie, sont liées à l’essor de l’école des « vérifications et des preuves », ou kaozheng xue. Parallèlement, les objets de collection, en particulier les pierres, sont considérés comme des objets de délectation qui peuvent être transformés en encriers ou en écrans qui reflètent l’imagination de Ruan Yuan. La seconde partie de la thèse décrit comment les pratiques de collectionneur de Ruan Yuan s’inscrivent dans un processus de transmission des vestiges culturels. Les méthodes de compilation des textes ont été adaptées par Ruan Yuan afin de publier les inscriptions antiques des provinces où il exerçait en tant que fonctionnaire. Son utilisation des techniques de conservation, comme le montage des peintures, et des techniques de reproduction, comme l’estampage ou la gravure, ont permis de préserver les originaux et de diffuser leur image. Au-delà de la transmission de sa propre collection, principalement conçue comme un héritage familial, la création de bibliothèques dans les temples célèbres, qui dépassent les limites de la propriété privée, est une étape importante vers la définition moderne du patrimoine culturel en Chine.