Etude expérimentale ex et in situ de la sélection de plantes à propriétés thérapeutiques par les grands singes : influence de la physiologie, de l'écologie et de la structure sociale sur l'acquisition du comportement

par Erik Gustafsson

Thèse de doctorat en Écoéthologie

Le président du jury était Benoist Schaal.

Le jury était composé de Marie-Claude Bomsel-Demontoy, Sabrina Krief, Michel Saint Jalme.

Les rapporteurs étaient Bertrand L Deputte, Martine Hossaert-McKey.


  • Résumé

    De plus en plus d’études suggèrent l’existence de comportements d’automédication chez les grands singes. L’objectif de cette thèse était de mieux comprendre quels facteurs influencent la découverte des items potentiellement curatifs et quelles étaient les possibilités de transmission sociale de telles pratiques. Les études, menées dans plusieurs zoos et dans un sanctuaire, ont porté sur les réponses de chimpanzés (Pan troglodytes), de gorilles (Gorilla gorilla) et d’orangs-outans de Bornéo (Pongo pygmaeus) et de Sumatra (Pongo abelii) face à différents items nouveaux pour eux. Nous avons ainsi évalué le niveau de néophobie, l’influence des caractéristiques de l’item proposé et le rôle des interactions sociales. La comparaison interspécifique a permis d’émettre plusieurs hypothèses quant à l’influence des facteurs génétiques, physiologiques, écologiques et sociaux sur les différents mécanismes d’apprentissage concernés. Les gorilles ont montré une forte prédisposition à ingérer les nouvelles plantes. Ils ont, par ailleurs, très peu interagi entre eux suggérant un risque faible lié à l’échantillonnage individuel de plantes inconnues. Cette curiosité pourrait refléter leur physiologie digestive adaptée à un régime folivore et donc capable de détoxiquer certaines plantes ingérées. A l’opposé, les chimpanzés se sont révélés plus néophobes vis-à-vis des nouvelles plantes mais ont interagi avec leurs congénères lorsque ceux-ci les manipulaient ou consommaient. Ces résultats suggèrent donc, une faible capacité pour l’innovation vis-à-vis des plantes médicinales, compensée par une plus forte propension à l’apprentissage social. Les orangs-outans ont, quant à eux, manifesté un fort intérêt aussi bien envers les plantes qu’envers leurs congénères, montrant ainsi leur forte disposition à l’apprentissage individuel et social. Cette flexibilité comportementale pourrait être le reflet d’adaptations à leur milieu instable. Ces différentes observations ouvrent la voie à de futures recherches, notamment sur les aspects génétiques (effet du gène TAS2R38 impliqué dans la perception gustative), physiologiques (effet des capacités digestives de détoxification), écologiques (effet de la fluctuation de la disponibilité alimentaire) et sociaux (influence de la tolérance sociale).


  • Résumé

    More and more studies suggest the existence of self-medicative behaviours in great apes. This thesis aimed to understand the factors influencing the discovery of potentially curative items and to evaluate the possibilities for social transmission of such knowledge. The experiments were carried out in zoos and in a sanctuary. They focused on responses of chimpanzees (Pan troglodytes), gorillas (Gorilla gorilla), Bornean orangutans (Pongo pygmaeus) and Sumatran orangutans (Pongo abelii) towards various novel items. We measured the neophobia level, the influence of the items’ features presented as well as the influence of social interactions. The interspecific comparison allowed us to propose various hypotheses in relation to genetic, physiological, ecological and social factors on the different learning mechanisms concerned. Gorillas showed a high propensity to ingest the novel plants and they exhibited only few social interactions suggesting a low risk of individual sampling in this species. Their low cautiousness may be the result of their digestive physiology, adapted to a folivorous diet and able to detoxify the plants ingested. In contrast, chimpanzees were neophobic towards the novel plants but showed many social interactions. These results suggest a low capacity for innovation which could be compensate by a high propensity for social learning. Finally, orangutans were very curious towards the plants and their conspecifics when manipulating or consuming them. This behavioural flexibility could be the result of adaptations to unstable environment. All these observations paved the way for future researches especially in relation to genetic (influence of TAS2R38 gene playing a role in gustative sensitivity), physiology (effect of detoxification capacities), ecology (effect of fluctuation in food availability) and sociality (influence of social tolerance).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (203 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 151-195

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2010 -- 16

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2010MNHN0016
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.