Thèse soutenue

Émile Marcesche (1868-1939) : une trajectoire entrepreneuriale

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Pascal Philippe Boisson
Direction : Gérard Le Bouëdec
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 2010
Etablissement(s) : Lorient
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes)
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université européenne de Bretagne (2007-2016)

Résumé

FR  |  
EN

A Lorient, au tournant des années 1880, le développement des pondéreux modifie la nature de l’activité économique. Celle-ci n’est plus le seul fait de l’arsenal et du port militaire ; l’ère de la mono-activité industrielle est révolue. Le port de Lorient s’adapte à ces changements et se transforme. Son tissu industriel se modifie et s’étoffe. La croissance du tonnage du port est provoquée par le trafic charbonnier généré par les usines de charbonnage qui, au début du XXe siècle, produisent des boulets et briquettes à partir de la houille du pays de Galles. Lorient adapte son port de commerce à ce nouveau trafic. La transformation de l’e��conomie lorientaise est à mettre au crédit des industriels du charbon. L’un d’entre eux, Emile Marcesche, se démarque. Adossé à son entreprise de charbonnage, il innove en se lançant dans le chalutage à vapeur. Ce dernier se développe rapidement et donne naissance au formidable port de pêche national de Kéroman. Marcesche continue à développer son groupe en diversifiant ses activités dans l’industrie agro-alimentaire et minière. En 1920, il est à la tête du groupe industriel le plus important. Marcesche s’impose ainsi naturellement et définitivement comme le leader de l’économie morbihannaise. Sa réussite repose sur un système basé d’une part sur sa capacité à s’entourer d’hommes compétents, d’autre part sur sa gouvernance pragmatique du territoire. Il représente un modèle original d’entrepreneur nouveau capable de créer une dynamique entrepreneuriale alors que des mutations maritimes majeures s’opèrent.