Thèse soutenue

Plasticité et reprogrammation des cellules intestinales

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Anthony Beucher
Direction : Gérard Gradwohl
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie cellulaire et développement
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Strasbourg

Résumé

FR  |  
EN

Les cellules endocrines pancréatiques et intestinales partagent de nombreuses caractéristiques moléculaires, cellulaires et fonctionnelles. Particulièrement, leur différenciation repose sur des programmes génétiques similaires contrôlés par le facteur de transcription proendocrine Neurog3. Par conséquent, notre hypothèse est que les cellules souches et progénitrices intestinales pourraient être différenciées en cellules pancréatiques productrices d’insulines. Afin de tester cette hypothèse nous avons examiné la plasticité des cellules intestinales murines Neurog3+ in vivo et in vitro, ainsi que la possibilité de reprogrammer des cellules intestinales en cellules pancréatiques. Par traçage cellulaire, nous montrons que les progéniteurs intestinaux Neurog3+ sont multipotents mais, de manière surprenante, se différencient majoritairement en cellules à mucus et à un moindre degré en cellules endocrines et cellules de Paneth. De plus, nous démontrons que l’environnement pancréatique n’est pas suffisant pour promouvoir la différenciation pancréatiques des cellules Neurog3+ intestinales purifiées. Finalement, nous montrons que l’infection des cellules intestinales indifférenciées mIC-cl2 par une combinaison d’adénovirus codant pour Pdx1, Neurog3 et Mafa, facteurs de transcription clés du développement des îlots pancréatiques, permet l’expression du gène de l’insuline, mais n’est pas suffisant pour généré des cellules beta sécrétrice d’hormones. Par conséquent, des études additionnelles seront nécessaire pour déterminer si les cellules intestinales représentent une source potentielle de cellules beta utilisable pour la thérapie du diabète de type 1.