Thèse soutenue

Les dégénérés : le rest, le double et l'éternel, retour du même : approche psychopathologique et torique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Robert Calvora
Direction : Marie-Claude Fourment-Aptekman
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Paris 13

Résumé

FR  |  
EN

Nous avons pris pour objet les dégénérés tels qu'ils ont été développés dans les théories de la dégénérescence. Nous sommes partis de la question "pourquoi les dégénérés ?" Nous les avons interrogés comme le lieu d'une mise en scène où ils sont exposés en tant que témoins d'un passé jamais venu à la conscience. Ils sont l'infigurable que seule la défiguration rend accessible. Issus d'une déviation dont on ne sait rien, ils sont la figure d'un reste précédant tout partage. Ils sont donc le précédent qu'on ne peut situer. Ils occupent l'espace du non lieu. Ainsi, les dégénérés sont une présence qui échappe à toute reconnaissance. Nous les avons suivis à travers la méconnaissance où s'engage la connaissance paranoïaque du sujet telle qu'elle parvient à être dégagée du stade du miroir où le sujet se reconnaît dans son image à travers un autre, ce qui implique son aliénation. Nous avons plus largement recherché les déterminations de la place des dégénérés en corrélation avec la formation de la vie psychique. Les théories de la dégénérescence s'efforcent de spécifier l'humain en précisant ce qui le distingue du vivant. A travers les dégénérés, elles ouvrent sur l'immémorial dans le temps. Elles ont alors affaire à ce qui est toujours déjà perdu. Le statut réservé apparaît aux dégénérés. Comme l'effet des tensions entre le refoulement et le retour du refoulé. Les théories de la dégénérescence sont l'exposé d'un impossible qui constitue le creux de toute société. Elles finissent par renvoyer au double que toute société doit identifier pour le rejeter. Nous avons terminé ce travail avec les pulsions de mort comme les forces agissantes dans la rencontre du reste et du double.