Thèse soutenue

Transfert de nitrène catalytique stéréosélectif : amination C-H intermoléculaire, imination de sulfures et application à la synthèse d’analogues du N-acétylcolchinol

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Florence Collet
Direction : Philippe DaubanRobert Hugh Dodd
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Chimie organique
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Une nouvelle méthodologie d’amination C-H catalytique intermoléculaire est présentée dans ce manuscrit. Elle permet d’obtenir les produits d’amination à partir d’une quantité stoechiométrique de substrats benzyliques, allyliques et également d’alcanes cycliques ou substitués, avec de très bons rendements et sélectivités. Cette réaction met en jeu le transfert efficace d’un nitrène chiral généré à partir du N-(p-toluènesulfonyl)-p-toluènesulfonimidamide en présence d’un réactif à l’iode hypervalent et d’un catalyseur de rhodium chiral. Les conditions d’amination C-H développées ont ensuite été appliquées avec succès à l’imination stéréosélective de sulfures catalysée au rhodium. Cette stratégie est hautement chimiosélective et permet l’obtention de sulfilimines optiquement actives à partir d’une quantité stoechiométrique de substrat. Les sulfilimines isolées ont ensuite été transformées de manière stéréospécifique en sulfoximines correspondantes avec d’excellents rendements. Finalement, les conditions d’amination C-H ont été appliquées à une approche à la synthèse totale du N-acétylcolchinol. Les limitations rencontrées au niveau de l’amination C-H de composés tricycliques seraient d’ordre conformationnel. D’autre part, dans le cas des substrats linéaires, la régiosélectivité de la réaction d’amination C-H au départ de 1,3- diphénylpropanes n’est pas satisfaisante, tandis que des phénomènes d’encombrement stérique seraient à l’origine des échecs rencontrés lors du couplage croisé envisagé entre un haloarène et un dérivé du type halogénure de 3-amino-3- phénylpropyle.