Thèse soutenue

Modification de la neurotransmission par les acides gras polyinsaturés : conséquences sur la réponse émotionnelle chez le rat : étude de la libération de noradrénaline sur la lignée de neuroblastomes SH-SY5Y

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Géraldine Mathieu
Direction : Sylvie Vancassel
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques. Nutrition, neuroscience
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Les acides gras polyinsaturés (AGPI) tels que l’acide docosahexaénoique (DHA, 22 :6 n-3) et l’acide arachidonique (AA, 20 :4 n-6) sont les principaux constituants des phospholipides cérébraux. Le déficit d’apport alimentaire en AGPI n-3 induit chez le rat une chute de la teneur cérébrale en DHA associée à des troubles de la neurotransmission monoaminergique dans différentes structures cérébrales, notamment impliquées dans le comportement émotionnel. L’objectif est d’analyser les conséquences de la déficience en AGPI n-3 sur la réponse émotionnelle chez des rats soumis au stress chronique précoce de séparation maternelle. De plus, une étude in vitro a pour but d’approfondir le rôle des AGPI dans le mécanisme de libération de noradrénaline (NA) par les cellules neuronales SH-SY5Y. Celle-ci est mesurée en réponse à une modification de la teneur membranaire en AGPI ou à l’ajout des AGPI sous forme libre dans le milieu. Le déficit en AGPI n-3 induit une hyperréactivité face au stress de la nouveauté chez le rat. De plus, la déficience en AGPI n-3 et la séparation maternelle augmentent en synergie la réponse à la récompense et le comportement de peur. Un apport alimentaire en AGPI n-3 insuffisant pourrait ainsi représenter un facteur de risque aux troubles émotionnels favorisés par le stress chronique précoce. Par ailleurs, le DHA incorporé dans les membranes cellulaires des neuroblastomes stimule la libération de NA alors que l’AA est sans effet. De plus, l’ajout de DHA dans le milieu de culture augmente de façon rapide la libération de NA. Ceci suggère que le DHA pourrait moduler la mobilisation des vésicules synaptiques à la membrane plasmique.