Thèse soutenue

L'objet maternel dans le champ des institutions de la petite enfance : une lutte de représentations autour de la place de la mère

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Marie-Dominique Wilpert
Direction : Nicole Mosconi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de l'éducation
Date : Soutenance le 17/12/2009
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Connaissance, langage, modélisation (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 1992-....)
Jury : Président / Présidente : Michèle Ferrand
Examinateurs / Examinatrices : Nicole Mosconi, Michèle Ferrand, Gérard Neyrand, Annik Houel, Marc Bessin
Rapporteurs / Rapporteuses : Gérard Neyrand, Annik Houel

Résumé

FR  |  
EN

Cette recherche se propose de mettre en lumière, dans le secteur professionnel de la petite enfance, une lutte de représentations concernant la place de la mère. La première représentation figure une mère toute dévouée, portant finalement la responsabilité exclusive de son tout-petit. La seconde fait entrer en scène une citoyenne, travailleuse et mère, qui partage sa responsabilité éducative avec le père et des tiers sociaux. L’auteure s’attache aussi à montrer que cette lutte, loin d’être seulement présente chez les professionnelles, traverse également des discours légitimés dans le secteur en termes de savoir, et des dispositifs d’action médico-sociale à destination des familles en difficulté. La seconde représentation semble aujourd’hui cohérente avec la réalité sociale du travail, et un projet démocratique, en termes d’égalité de sexe, d’accueil qualitatif des jeunes enfants, de lutte contre les inégalités sociales. Mais elle ne bénéficie pas actuellement, ni d’une véritable légitimité politique, ni de référents théoriques qui articulent suffisamment, d’une part les enjeux d’égalité démocratique entre les citoyen-ne-s, d’autre part les enjeux de santé psychique des tout-petits et de leurs familles. L’auteure vise un dépassement de certains clivages théoriques et idéologiques, afin de construire une théorie politique de la prime éducation, qui contribue à ébranler la légitimité d’un ordre social qui fait porter aux seules citoyennes la responsabilité des jeunes enfants. Cette assignation, réalisée en sourdine, produit de surcroît un renforcement des inégalités criantes, selon l’appartenance sociale, face à l’exercice de la parentalité et de la citoyenneté.