Thèse soutenue

L'exil des artistes chinois en France à partir de 1989 : la représentation du corps

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Élodie Godefroot
Direction : Pascal Bonafoux
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Esthétique. Sciences et technologies des arts. Arts plastiques et photographies
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Paris 8

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

1989 marque un tournant décisif dans l'histoire de l'art chinois. Depuis "Les Magiciens de la terre" première exposition de Fei Dawei qui présentait pour la première fois au public occidental des œuvres contemporaines chinoises et surtout depuis les événements de la Place Tien An Men, l'art contemporain chinois a pris une place prépondérante sur la scène internationale pour devenir omniprésente. Aujourd'hui, aucune biennale ou manifestation artistique internationale ne se conçoit sans œuvres, installations ou performances d'artistes chinois. Le XXIe siècle est une évidence : l'art contemporain chinois fait vendre. Mais pas n'importe quel sujet. Entre les "chinoiseries" prisées par les occidentaux et les œuvres qui ne font que reprendre la tradition classique sans renouvellement des techniques et des thèmes, se trouvent des créations intéressantes sur le thème de l'homme, innovantes, sensibles, souvent provocantes mais toujours en étroite relation avec la société chinoise en pleine mutation. L'art contemporain chinois a ceci de particulier qu'il est intimement lié à la mémoire individuelle et collective d'un peuple qui a subi une importante mutation depuis la mort de Mao Tse Toung. Les artistes chinois exilés en France livrent une vision étonnante de l'homme et de sa place dans la société contemporaine. Il ne s'agit pas seulement de l'homme chinois mais de l'homme tout court. Créant une véritable esthétique du déplacement, ils interrogent le statut de l'artiste à travers des œuvres troublantes souvent violentes et sombres. Dans une société en pleine transformation, entre passé et présent, entre mémoire et oubli, la question de l'identité est un véritable chemin de croix pour ces artistes en quête du Moi et de l'Autre. Car qu'est-ce qu'être chinois aujourd'hui ? Ou est le Je ? Aller à la rencontre de l'Autre est-ce aller à la rencontre de soi ? L'exil est-il le moyen de se trouver ou au contraire de se perdre ? Qui suis-je ? Ces questions existentielles prennent de l'ampleur en regard de l'exil, du "déplacement".