Thèse soutenue

La réévaluation de la pandémie grippale de 1918

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Séverine Ansart
Direction : Alain-Jacques Valleron
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Épidémiologie
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Paris 6

Résumé

FR

Cette thèse est une tentative de synthèse des paramètres épidémiologiques de cette pandémie. Nous avons réévalué la mortalité dans 14 pays européens pendant la pandémie de 1918, à l’aide d’un support informatique en ligne. Nous avons estimé l’excès de mortalité en Europe pendant la pandémie de 1918 à 2,64 millions de décès (1,1% de la population européenne). Il était trouvé un gradient Nord Sud de l’excès de mortalité, les pays du sud expérimentant un excès de mortalité plus élevé que les pays du Nord. Il existait une importante synchronie entre les différents pays, ceci plaidant contre une origine européenne de la pandémie. Dans la seconde partie de ce travail, nous avons réalisé une synthèse des études apportant des données originales pour l’estimation de l’intervalle de génération et du nombre de reproduction au cours des pandémies grippales. Nous avons estimé l’intervalle sériel moyen à partir de 8 études en foyer entre 2,8 et 3,3 jours au cours des années pandémiques. Nous avons estimé le nombre de reproduction à 1,6 (1,5 –1,7) pendant la pandémie de 1918. Des intervalles de génération courts sont donc caractéristiques de la grippe, conduisant à un nombre de reproduction, estimé à partir de l’analyse du taux de croissance épidémique, inférieur à 2.