Thèse soutenue

Rôle de LEDGF/p75 au cours de l'intégration du VIH-1 dans la chromatine,et ciblage de l'intégration vers l'hétérochromatine

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Yaïr Botbol
Direction : Marc Lavigne
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie molécualre et cellumlaire, ingénierie des protéines
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Paris 6

Résumé

FR

L’intégration est une étape clé du cycle réplicatif du VIH-1 catalysée par l’intégrase virale, impliquant in vivo de nombreuses protéines virales et cellulaires dont LEDGF/p75. Ce cofacteur interagit directement avec l’intégrase, stimule fortement l’intégration et est indispensable à une infection productive. Dans la cellule, l’intégration cible l’ADN empaqueté dans la chromatine. Nous avons mis au point un essai d’intégration in vitro sur matrice chromatine qui a mis en évidence le rôle du domaine PWWP pour la stimulation de l'intégration dépendante de LEDGF. Nous avons de plus caractérisé les éléments structuraux de LEDGF et de ce domaine impliqués dans son interaction avec la chromatine et favorisant l’activité de LEDGF au cours de l’intégration. Ce système a permis de corréler des données in vitro avec celles obtenue sur l'effet de LEDGF au cours de l'infection par le VIH-1. Dans une seconde partie, nous avons mis au point une stratégie de ciblage de l’intégration vers des régions d’hétérochromatine. Nous avons donc construit des intégrases chimériques par fusion à l’intégrase de VIH-1 de domaines protéiques reconnaissant des motifs hétérochromatiniens. Nos résultats montrent le maintien d’une activité d’intégration de ces enzymes in vitro et in vivo. De plus, l’intégration d’un gène rapporteur apporté par ces virions subit une extinction progressive de son expression, caractéristique de l’effet négatif de variégation lié à la propagation de l’hétérochromatine environnante. Cependant, cet effet peut être levé en flanquant le transgène de séquence insulatrice. Ces résultats ouvrent des perspectives pour la réduction de la génotoxicité des vecteurs rétroviraux.