Thèse soutenue

Libéralisation ou équité des échanges? : Les conflits sur les modalités de l'élaboration de la politique commerciale américaine de l'ALENA à l'ALEAC (1991-2005)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jean-Baptiste Velut
Direction : Martine AzuelosFrances Fox Piven
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études anglophones
Date : Soutenance le 29/01/2009
Etablissement(s) : Paris 3 en cotutelle avec City university of New York. Graduate school and university center
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Études anglophones, germanophones et européennes (2009-2019 ; Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de recherche sur les mondes anglophones (Paris)
Jury : Président / Présidente : Vincent Michelot
Examinateurs / Examinatrices : Martine Azuelos, Frances Fox Piven, Vincent Michelot, John R Bowman, Andrew Joseph Polsky, Christine Zumello

Résumé

FR  |  
EN

Aux Etats-Unis, les années 1990 ont été marquées par l’émergence de nouveaux débats politiques sur le libre-échange. Une large coalition de syndicats et d’organisations pour la protection de l’environnement et des consommateurs s’est pour la première fois mobilisée dans le but de redéfinir les règles de la politique commerciale américaine. Quel est le bilan de leurs activités politiques, près de quinze après leur première bataille législative contre l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) ? Ce travail de recherche s’appuie sur une série d’entretiens avec des acteurs politiques, des documents internes de groupes d’intérêts (syndicats, écologistes, patronat, etc.) et les registres du Congrès pour analyser les conflits entre les défenseurs du libre-échange et les partisans d’une « équité des échanges » à travers cinq études de cas entre 1991 et 2005. L’analyse conclut que la « relation spéciale » entre le patronat et l’exécutif a été l’un des principaux obstacles aux progrès de l’alliance entre syndicalistes et écologistes depuis l’origine du processus de décision jusqu’à la ratification au Congrès. Non seulement les institutions américaines ont limité l’influence des groupes de la société civile à l’origine des négociations commerciales, mais le président a également fortement assisté les organisations patronales dans leurs efforts de lobbying, leur permettant de remporter la plupart des batailles législatives entre 1991 et 2005.