Antécédents et conséquences des modes de gestion du capital humain, organisationnel et relationnel : le cas des entreprises de l'UEMOA

par Cheikh Kanté

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Paul Ngobo.

Soutenue le 30-06-2009

à Orléans , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Orléans) , en partenariat avec Laboratoire Orléanais de Gestion (équipe de recherche) .

Le président du jury était Jean-François Casta.

Le jury était composé de Jean-François Casta, Lionel Honore, Regis Dumoulin, Dominique Bessire, Paul-Valentin Ngobo.

Les rapporteurs étaient Lionel Honore, Regis Dumoulin.


  • Résumé

    L’objet de cette recherche est d’étudier les moyens utilisés par les entreprises de l’Union Economique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) pour développer leur capital immatériel. Deux questions principales sont évoquées : (i) pourquoi certaines entreprises privilégient-elles certains modes de gestion du capital immatériel plus que d’autres ? (ii) Ces modes de gestion de l’immatériel influencent-ils différemment la performance des entreprises de l’UEMOA ? Une étude empirique de 381 entreprises réparties dans huit (8) pays montre que les pratiques de gestion du capital immatériel diffèrent entre les pays et peuvent s’expliquer par des différences au niveau du climat des affaires et de la corruption dans le pays, des différences sectorielles et des variables spécifiques à chaque entreprise. Plus précisément, nous relevons le rôle complexe de la variable « corruption » qui incite à la fois à certaines actions favorables au capital immatériel et à une réticence des entreprises à lancer des innovations. Nous observons que l’orientation clients constitue une variable clé dans la gestion du capital immatériel. Les entreprises orientées vers leurs clients sont celles qui innovent le plus, adoptent les « bonnes pratiques » de gestion des ressources humaines et qui utilisent le plus la communication publicitaire pour développer leur notoriété. Les activités de gestion de l’immatériel, en retour, influencent indirectement la performance de l’entreprise car elles améliorent la notoriété, l’implication

  • Titre traduit

    Factors leading to the adoption of some intangible assets management activities and their consequences : a cross-country investigation in the Werstern African Economic and Monetary Union (UEMOA)


  • Résumé

    The purpose of this research is to study how companies operating in the Wertern African Economic and Monetary Union (UEMOA) area proceed to develop their intangible assets. Two main questions were addressed: (i) why do some companies prefer some particular means for developing intangle assets more than others? And (ii) do the means used by companies to develop intangible assets lead to better performance? A cross-country investigation of 381 companies in eight (8) countries shows that cross-country differences in the management of intangible assets can be explained by the business climate and corruption, industry differences, and firm-specific factors. Regarding cross-country differences, we find that corruption plays a complex role in the sense that it both leads to more and less effort towards developing intangible assets. We also find that customer focus is a key variable in the management of intangible assets. Customer-focused companies innovate more, invest more in human resources, and are more enclined towards developing their brand equity through advertising. The actitivities designed to develop intangible assets, in return, indirectly lead to better firm performance as they increase company awareness levels, employee involvement, and the success of innovative activities.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans (Bibliothèque électronique). Service commun de la documentation.Division des affaires générales.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.