Thèse soutenue

Analyse de la contribution des réponses lymphocytaires T spécifiques d'herpesvirus au répertoire alloréactif par criblage de lymphocytes T CD4+ ou CD8+ spécifiques du cytomégalovirus ou du virus d'Epstein-Barr

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Alexis Morice
Direction : Elisabeth Houssaint - Chalmeau
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie cellulaire
Date : Soutenance en 2009
Etablissement(s) : Nantes
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Biologie-Santé Nantes-Angers (2008-2021)
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Nantes. Faculté des sciences et des techniques

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Les lymphocytes T exprimant des récepteurs pour l'antigène de type ab sont sélectionnés dans le thymus et ils sont de ce fait restreints à reconnaître des molécules du Complexe Majeur d'Histocompatibilité (CMH) du soi chargées en peptide. Néanmoins, les lymphocytes T sont fréquemment cross-réactifs vis à vis de molécules du CMH allogéniques. Bien que l'association entre des infections virales persistantes et le rejet d'allogreffes soit connue de longue date, peu d'exemples de cross-réactivités entre un complexe CMH du soi/peptide viral et des molécules du CMH allogéniques ont été décrits à ce jour. Nous avons criblé des populations de lymphocytes T CD4+ ou CD8+, dont la spécificité antigénique vis à vis de deux herpesvirus infectant une large partie de la population humaine, le virus d'Epstein-Barr et le cytomegalovirus, a été bien caractérisée afin d'évaluer la contribution de ces réponses au répertoire alloréactif. La plupart des lignées criblées ont été obtenues par tri immunomagnétique à l'aide de billes recouvertes de complexes CMH/peptide recombinants. Nos résultats montrent que des cellules T spécifiques d'épitopes d'herpesvirus montrent des réactions croisées avec des molécules du CMH allogéniques, manifestant une forte cytotoxicité vis à vis de différentes catégories de cellules cibles, et qu'elles pourraient ainsi contribuer au rejet d'allogreffes. Nous avons d'autre part mis en évidence que des lymphocytes T CD8+ peuvent manifester une alloréactivité médiée par un récepteur activateur de type NKR (récepteur de cellules Natural Killer) de la famille des LIR/ILT, renforçant la notion que des NKR activateurs contribuent à l'alloréactivité